Nightmare

Venez vivre votre pire cauchemar...
 

Partagez | .
 

 Visite surprise ! [Aaron Wilson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Ezra Fitzgerald
Je suis un(e) Langue-de-plomb

Emploi/Maison : Langue-de-plomb

Rappeltout
Niveau Riddikulus: 2
Epouvantards vaincus : 0
Peur: La peur elle-même
MessageSujet: Visite surprise ! [Aaron Wilson]   Lun 8 Juil - 10:34

25  Juillet 2027


Ezra était épuisé, à tel point qu'il ne parvint à retenir un long bâillement. Épuisé de ne rien faire, de rester là où on lui préconisait du repos et encore du repos alors qu'un milliard de choses l'attendaient encore dehors. En particulier cet épouvantard, celui qu'il avait osé cloner -d'après la Gazette posée sur ses genoux- environ 1250 fois. Il était très étonné d'ailleurs qu'aucun membre du Ministère de la Magie ne soit venu lui faire part de son arrestation immédiate et qu'il ne soit pas en train de croupir dans une cellule d'Azkaban, où il s'ennuierait sans doute encore plus.

La seule chose qui venait égayer ses journées étaient les visites et principalement celles d'Esther, sa petite soeur. Bien sûr, ses parents et son frère aîné venaient aussi mais il aimait tout particulièrement passer du temps avec l'adolescente qui avait toujours tant de choses à lui dire et jamais à propos de l'incident, sauf s'il osait demander. Ses propres parents ne voulaient surtout pas parler de ce problème et Adam prenait toujours un air gêné qui l'aidait à s'en sortir sans jamais répondre.

C'est pourquoi il fut très heureux quand une infirmière entra et, avec un grand sourire et les joues un peu rouges, elle lui annonça qu'il avait de la visite. Ezra la regarda perplexe, attendant qu'elle lui dise que c'était Adam mais comme elle n'en fit rien et se contenta de ressortir, il haussa les épaules et réarrangea ses longs cheveux bruns, qu'il mit derrière ses oreilles. Sa barbe de trois jours recouvrait tout juste assez de son visage pour qu'on reconnaisse bien le Ezra Fitzgerald d'avant "l'accident". Il se redressa un peu, de manière à ne pas avoir l'air trop négligé devant son frère et reposa le journal -dont sa photo lui souriait gentiment en première page- sur la table de nuit. Adam le verrait mais mis ainsi de côté il éviterait d'en parler.
Une fois prêt, le jeune homme attendit patiemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aaron Wilson
Je suis un(e) Langue-de-plomb

Poste : Modérateur aux ordres de Ezra !
Emploi/Maison : Ministère de la Magie

Rappeltout
Niveau Riddikulus: 2
Epouvantards vaincus : 0
Peur:
MessageSujet: Re: Visite surprise ! [Aaron Wilson]   Jeu 11 Juil - 17:24

25 Juillet 2027,
A l'improviste !


« L'hôpital ? J'n'aime pas ça. Y a toujours plein d'malades, ça pue et ... Brr. Non je n'aime vraiment pas ça. Ya vraiment que les soignantes de bien là-bas. » Aaron Wilson


On peut entrer, dis-je amicalement derrière le mur ?
Les bras tendus, j'ai des manches blanches parfaites, j'attends qu'une infirmière, à la chevelure de cuivre, m'autorise l'accès avant d'entrer dans la chambre du malade, à peine éveillé. Tenu dans ce bras gauche il y a un bouquet à la couleur teinte de blanc et de rose. Elles sont fraîches, au coin de la rue il y a une fleuriste superbe, ornée d'épi de blé, qui m'a fait un prix. J'ai bien négocié avec sa beauté. Mon magnétisme est à son paroxysme.
Surprise ! Fais-je joyeusement tout en secouant les plantes. J'ai apporté des présents.
Quand j'apparais, dans toute ma splendeur avec un costume du Dimanche à grands carreaux rouges repassé, boutonné et chapeauté, même si j'ai une barbe de quinze jours - travail au labo oblige -, on voit aussi dans l'autre main une boîte à reflet jaune rectangulaire classique, mais avec quelques fantaisies sur le coin supérieur droite, de confiseries : des chocolats noirs.

D'un numéro de charme bien effectué - comme je sais le faire - j'offre les fleurs à l'aimable demoiselle en jupe blanche, qui s'empresse d'ailleurs de les placer dans un vase de la chambre. Puis je regarde Ezra, enlève mon chapeau en inclinant la tête. Dès que j'en ai l'opportunité, parce que je m'en approche, je dépose la boite sur une surface plane, comme une table - de chevet ou non - et débute l'élégant effeuillage de mon merveilleux costume. Tout neuf en plus !
C'est les collègues qui ont acheté cela, m'excuse-je sans savoir s'il avait déjà goûté les sucreries, pas moi.
Je me défais d'une colère probable dès le début. On entend dans ma voix des excuses bizarres - oui je me moque un peu ; une pierre deux coups - Ezra, tu n'aimes pas ce cacao ... haha, désolé, c'est amusant ! De mon visage impassible et commun, je vais jusqu'à la chaise, à assise rouge, la plus proche et y dépose soigneusement mon veston et mon couvre-chef. Délicatement. Puis je soupire gaiement en sortant de ma poche arrière, le journal bien visible d'aujourd'hui.
Je l'ai obtenu pour deux sous sur la route. On y découvre quelque chose de vraiment percutant sur le temps de cuisson des endives vertes. Heu ... non. C'est en page seize. Accompagné d'une photo animée, l'article expose les premiers gros ravages des épouvantards.

Tu es bien installé ici n'est-ce pas ? Questionne-je en observant la salle et évitant de commencer les sujets importants.
Elle était assez grande pour accueillir trois lits, la décoration laissait à désirer, malgré la présence de rideaux rouge-translucides et bien sûr de mon bouquet de fleur. Sur la chaise où mes vêtements reposaient tranquillement, j'ai observé la présence infime de vie, comme si quelqu'un avait dormi ici plus longtemps qu'il ne l'aurait du. Un proche en ai-je conclu.
Probablement Esther. Oui je connais Esther, c'est une personne ... Je vous en dirais plus une autre fois. Disons qu'elle tient affreusement à son frère. Pas comme le mien qui ... Bref ! Le plus important c'était Ezra.
Il s'est éveillé il y a moins d'une semaine. Il est temps aujourd'hui de lui rendre une petite visite, surtout que celui-ci est clément au voyage ; les nuages ne sont pas menaçant. Après tout, c'est un collègue. On prend des nouvelles de ses collègues. C'est normal ! Plutôt, c'est le bureau qui m'a poussé à venir ici. Tout ça parce qu'on a travaillé ensemble quelques temps, pour un projet sans grande importance d'autant plus. Dans tous les cas, il faut passer après les proches. Venir le dimanche, c'est une meilleure solution.
Quand je le regarde, je me persuade qu'il ne m'attendait pas. Je n'ai pas annoncé ma visite, je n'ai pas fait envoyer de carte. J'aurais pour lui très bien pu l'avoir oublié. Mais on n'oublie pas Ezra. Cet homme ... il a quelque chose d'important. Il sait des choses. J'ai besoin d'en connaître plus.

Alors Ezra, fait-je avec compassion, comment se passe ton rétablissement ? Nous reviendras-tu bientôt au Ministère ? C'est que certains t'attendent.
Monsieur Fitzgerald a besoin de repos monsieur, intervient celle aux yeux amandes. S'il vous plait, veuillez ne pas le stresser.
Je ne sais pas encore si je dois aborder la nouvelle des épouvantards. Et la nurse apporte une réponse. Ezra est épuisé et je viens juste d'entrer ; il pourrait voir cela comme un manque de manière. Surtout qu'il sait, lui, comment je peux me montrer guindé, à cheval sur les principes de politesse et comment ceci ressemble parfois à une comédie, que ce n'est pas toujours ainsi. C'est la présence de l'infirmière que je trouve à mon goût lorsque je l'observe. Elle doit beaucoup jouer sur le masque que je porte. Au fond de moi, c'était parfaitement clair. Nous devons échanger sur cette catastrophe.
Tu en es responsable après tout.
Dos à son lit, j'ai tiré un peu le rideau pour observer ce qu'il se passe dans cette rue de Londres. Mes mains en arrière trifouillent le papier roulé.
Oui. Oui ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ezra Fitzgerald
Je suis un(e) Langue-de-plomb

Emploi/Maison : Langue-de-plomb

Rappeltout
Niveau Riddikulus: 2
Epouvantards vaincus : 0
Peur: La peur elle-même
MessageSujet: Re: Visite surprise ! [Aaron Wilson]   Ven 12 Juil - 11:08

Depuis une semaine déjà, Ezra était réveillé et reprenait doucement des forces. Malgré les interdictions des infirmières et des médecins qui ne voulaient pas brusquer leur patient, le jeune homme se débrouillait avec la complicité de sa petite soeur pour obtenir des nouvelles de l’extérieur.
Il savait ainsi que la police d'intervention, un tout nouveau groupe créé spécialement pour maîtriser son oeuvre désastreuse, avait cherché à le voir un bon nombre de fois mais que cela avait toujours été refusé. Tant mieux, Ezra n'était certainement pas près à parler de ces événements avec un représentant du Ministère qui ne perdrait pas de temps à l'envoyer en prison.

Mais, Esther lui apportait aussi des journaux et très souvent une nouvelle attaque d'un épouvantard était en première page. Chacun se demandait d'où venait toutes ces créatures. Ainsi, le gouvernement n'avait pas parlé, tant mieux aussi. Celui qui reposait sur ses genoux actuellement consacrait presque toutes ses pages à cet événement, cherchant un coupable, spéculant sur le Ministère, mais jamais son nom n'était cité, bien qu'on laissait entendre quelques rumeurs au sujet d'un employé de l'institution magique la plus importante comme responsable. Restait à savoir qui et Ezra redoutait fortement le jour où ce serait son nom qui ferait les gros titres.

Il reposa le journal et le tourna de façon à ce qu'on ne voit pas le dessin de l'épouvantard en première page quand quelqu'un frappa à sa porte. Sans doute Esther mais il ne valait mieux pas tenter le diable encore une fois.

Il faillit bien s'étouffer avec sa propre salive lorsqu'il vit entrer Aaron Wilson, les bras pleins de fleurs et de chocolats et une infirmière avec lui, à qui il donna les fleurs qu'elle s'empressa de mettre dans un vase. Ce dernier posé sur la table de nuit d'Ezra, elle s'en alla voir un autre patient, gardant une oreille attentive sur ce qui se disait entre les deux hommes. Tant et si bien qu'elle intervint très vite pour empêcher Aaron de lui parler de sujets fâcheux.

Ici à l'hôpital, un groupe réduit de 4 ou 5 personnes, dont l'infirmière en question, étaient au courant de la raison de la présence d'Ezra ici mais ils étaient tous liés par un sort pour ne pas pouvoir donner de détails à la presse ou à qui que ce soit d'autre. C'est d'ailleurs pourquoi il n'y avait que des rumeurs et pas de vraies sources au sujet du langue-de-plomb. En attendant que l'infirmière s'occupe d'autre chose, Ezra s'occupa des "présents" qu'Aaron lui avait apporté.

Ezra regarda avec un air neutre la boite de chocolats noirs et offrit un sourire hypocrite à son collègue. Bien sûr, les collègues, pas lui... A qui pensait-il faire croire ça ? Mais qu'importe, il ouvrit la boite et mangea l'un des chocolats en retenant un haut le coeur et en écoutant d'une oreille distraite les politesses de son visiteur. Il alla même jusqu'à pousser sa fierté au maximum, tendant la boite il proposa, son sourire toujours au lèvres :


"Tu veux un chocolat, Aaron ? Ils sont délicieux."

Aaron ouvrit le rideau de la chambre et observa la ruelle, l'air de rien. Ezra n'était pas dupe au sujet des intentions du jeune homme. Il voulait parler et que personne ne vienne se mêler de leur discussion. Et il avait sans doute raison, car Ezra aussi souhaitait parler un peu, d'un sujet que l'infirmière n'aurait sans doute pas apprécié. Après un long moment de silence pas vraiment gênant mais très lourd de sous-entendu, Ezra osa enfin :

"Comment ça se passe, dehors ?"

Question innocente à première vue mais dans la situation actuelle, Aaron répondrait sans doute ce que le premier voulait savoir.

_________________
#99ccff


Dernière édition par Ezra Fitzgerald le Mer 17 Juil - 20:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aaron Wilson
Je suis un(e) Langue-de-plomb

Poste : Modérateur aux ordres de Ezra !
Emploi/Maison : Ministère de la Magie

Rappeltout
Niveau Riddikulus: 2
Epouvantards vaincus : 0
Peur:
MessageSujet: Re: Visite surprise ! [Aaron Wilson]   Mer 17 Juil - 11:17


Comme je le pensais, ma venue l'a surpris. Le pauv' gars, j'étais bien la dernière personne à qui il aurait pu s'attendre. Surprise Ezra, c'est moi !
Nous avons travaillé un temps en coopération. Un problème de maladie chez les Porlocks. Au département des créatures magiques, ils avaient été incapable de découvrir que ce qui rendait malade ces bêtes étaient ce qu'elles gardaient. De simples juments un peu trop en chaleur. Les incompétents.
Tu n'as jamais été un bon acteur. Mais au moins tu sais respecter les formes.
C'est quelque chose d'essentiel dans notre métier. Pour présenter ses résultats il fallait organiser et faire bonne figure. C'était plus ma patte que la sienne, à ce chien toujours décoiffé. Enfin, je sais que nous aborderons vite les sujets, le sujet, présents dans toutes les têtes. La peur.
Le dégout. Il n'aime toujours pas ces sucreries. Courtois, il m'en propose une. « Volontier » ai-je accepté, candide. J'ai moi-même choisi la boîte, une de mes préférées. Au cœur de certains, on pouvait avoir la chance de tomber sur une amande. La magie du hasard est en jeu. Les plus chanceux dégustent des papilles. Moi, Aaron, suis en veine. A la première tentative, le fruit craque sous ma canine et croustille sur mes molaires. Un visage satisfait et apaisé expose mon humeur.
J'ai l'air tranquille et serein. Et pourtant. Nous sommes dans un hôpital - c'est bien glauque - et les événements récents ne sont pas réjouissants. Les mains sur le papier journal, j'aspire à laisser s'écouler un peu plus de temps avant d'en venir aux faits.
Des gentlemen en chapeau haut-de-forme déboulent dans un coin. Nous avons beau être en 2027, ces hommes ont un siècle de retard. Trois hommes sortent du troupeau et se dirigent vers l'hôpital pour sorcier malade ou mal au point. L'un avec de longs favoris agitent les bras en fumant un cigare trop gros. En observant les gestes de ce monsieur par la fenêtre masquée, je peux déjà croire qu'il parle de ça.

Ezra me demande brusquement comment vont les choses au-delà de ces murs.
Aïe ! Que puis-je lui dire ? Nous sommes seuls maintenant. Que dois-je surtout lui dire ? Je suis encore tourné à Ezra, couché dans l'unique lit de la pièce. Ho, et puis qu'importe !
J'ai terminé mon chocolat. Je me retourne et fait venir l'objet aux nouvelles en carton sous mon aisselle.
Quelqu'un a peut-être déjà vendu la mèche, lui dit-je en me rapprochant à nouveau de la boite jaune. Mon costume à carreaux de froisse quelque peu, je pose la revue des sorciers sur la table de chevet. C'est la débâcle. Au bureau, on recense chaque jour une augmentation des attaques. Je mordille le bout d'une gourmandise ordinaire. Les gens sont - croc ! - apeurés. Tu vois, - croc ! - personne ne comprend ce qu'il se passe. Même certains Aurors ont avoué leur incapacité à faire face. Tout n'est pas publié, ça risquerait de créer le chaos.
Je me pose sans demander au bout du lit et détendre l'extrémité de mes pieds. Mon regard ne s'est pas encore posé une seule fois sur lui. J'exprime alors mon détachement de l'actualité, mon corps sa lassitude et ma voix son indifférence. Cela est assez hautain de ma part, seulement comme chacun sait qu'il est responsable de ce foutoir - surtout lui -, je ne prends plus les mêmes gants.
Ho, rajoute-je comme s'il manquait un détail en mimant une tape au front, il y a le problème des Moldus. Je souris en regardant mes chaussures de cuir verni et ma voix est plus légère. Les vieux en haut ne savent pas quoi en faire. Eux aussi sont affectés par nos créatures. Pour l'instant ça va, ils croient cauchemarder en plein jour. M'enfin ...
Je roule des yeux.

L'infirmière rentre sans annonce.
Et toi, finis-je en lui tapotant les mollets, tout se passe bien ici ? Je change de sujet comme l'éclair et mon ton plus vulgaire. La bouffe, l'ambiance ? Tranquille ?
Monsieur Fitzgerald, apostrophe la nurse rousse que je dévisage d'envie, c'est l'heure de la piqûre.
Aussitôt, je bondis du lit - mais avec classe -, m'éloigne tranquillement. De plus, j'ai bien vu dans son regard que ce n'était pas prudent. Cela n'a rien à voir avec l'aiguille qu'elle sort de la poche blanche. Je donne fréquemment mon sang, les dards ne me font plus aucun effet.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ezra Fitzgerald
Je suis un(e) Langue-de-plomb

Emploi/Maison : Langue-de-plomb

Rappeltout
Niveau Riddikulus: 2
Epouvantards vaincus : 0
Peur: La peur elle-même
MessageSujet: Re: Visite surprise ! [Aaron Wilson]   Jeu 25 Juil - 12:34

Ezra aurait du s'attendre à la gentillesse de son "ami". Au Ministère comme dans la vie, il savait faire bonne figure pour jouer les gentilshommes aimables et coquets mais ces deux là se connaissaient suffisamment pour qu'Ezra comprenne tout ce que Aaron sous-entendait.

Bien sûr, comme tout le monde, mieux que tout le monde peut-être, il savait qui était le responsable de ce bordel et il se délectait de l'erreur de son collègue. La vraie question restait pourquoi il semblait prendre tant de plaisir à la faute de son collègue et pourquoi il prenait la peine de venir la lui exposer sous les yeux sur son lieu de convalescence. A ces questions aussi, le malade avait ses réponses mais jamais il n'oserait en donner une seule à voix haute. Tout resterait caché pour toujours dans les méandres de son esprit, il ne parlerait jamais à personne de ce qui était arrivé cette nuit là ni celles d'avant.

Celui qui espérait le voir craquer devrait faire preuve d'une bonne jugeote et ce n'était pas celle d'Aaron qui suffirait. Peut-être que le visiteur était mandaté par le Ministère pour lui faire avouer quelque chose, dans ce cas, c'était la pire idée qu'ils aient jamais eu mais ça aussi, Ezra comptait bien le garder pour lui.

A toutes les paroles de son collègue, il se contenta d'un hochement de tête. Le problème principal bien sûr était celui des moldus, n'importe quel sorcier pouvait plus ou moins se défendre face à unépouvantard mais pour un moldu... Les accidents ne devaient plus cesser dans la capitale, obligeant le Ministère a agir vite. Et sans doute à trouver du nouveau personnel. Le jeune homme avait rapidement entendu parler de la police d'intervention, d'anciens aurors de la meilleure souche, dont certains étaient venus jusque ici pour l'interroger mais les médecins l'avait interdit pour le moment. C'était l'un de ses nouveaux départements qui seraient créés pour palier à tous les problèmes mis en place par le jeune homme.

Il réfléchissait à tout ceci quand l'infirmière les coupa, prétextant l'heure de la piqûre. Ezra leva les yeux au ciel puis se tourna sur le côté, faisant face à Aaron.


"C'était très gentil de ta part de me rendre visite, Aaron. Maintenant, si tu permets, je crois que tu ne veux pas voir ce qui va suivre..."

_________________
#99ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Visite surprise ! [Aaron Wilson]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Visite surprise ! [Aaron Wilson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une visite surprise qui porte bien son nom... [Ewan]
» Visite surprise [PV les locataires de la chambre]
» Visite surprise (Pv Bruno)
» Visite surprise | Lilianna et Trystan
» Une petite visite surprise. [Seth et Emeraude]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nightmare :: Londres :: Sainte Mangouste :: Quatrième Étage-