Nightmare

Venez vivre votre pire cauchemar...
 

Partagez | .
 

 Evy L. Holmes [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Evy L. Holmes
Je suis membre de la police d'intervention


Rappeltout
Niveau Riddikulus: 2
Epouvantards vaincus : 0
Peur:
MessageSujet: Evy L. Holmes [Terminé]   Sam 13 Juil - 21:44

Evy Lia Holmes
feat. Megan Fox




Histoire


16 Août 2005 :

Le silence résonnait dans les environs du 221 Baker Street. Les rues étaient calmes, la nuit était noir et pourtant chaude come on ne l’avait pas vu depuis longtemps à Londres. L’humidité était étouffante, presque morbide. L’été se faisait lourdement sentir et pourtant, personne ne s’en plaignait. Il était si rare de sentir cette atmosphère maladivement écrasante que les Londoniens ne purent que remercier le ciel de cette Terre de leur être pour une fois favorable. Pourtant, l’orage n’était pas loin. On entendait le tonnerre gronder sur l’horizon noirâtre de la capitale des moldus britanniques.
Dans l’appartement du premier et unique étage de l’immeuble, Monsieur et Madame Holmes venaient de m’accueillir, depuis quelques instants. Moi, Evy, leur première petite fille et leur troisième enfant, venait de voir le jour, ou plutôt la nuit lourdement chaude, en cette soirée. La joie les accabla pendant quelques temps… Mais seulement pendant ces quelques instants.

1 Novembre 2010 :

« Evy fait donc ce je te dis au lieu de discuter. Tu sais très bien que tu ne mérites pas d’avoir cette poupée et puis… Elle coûte trop cher ! » s’exclama James Holmes, mon père.

Je me souviendrais toujours de cette phase qui m’avait mise dans une colère folle. Je n’étais encore qu’une gamine, une petite capricieuse sur pattes et pourtant, j’avais déjà cette incroyable faculté de m’énerver pour un rien, comme ma chère mère : Andrea.
A cet instant, elle était dans la cuisine, s’amusant à cuisiner, sans baguette magique car seul mon père était un sorcier. Je vivais dans une famille aimante et pourtant j’étais une vraie boule de nerfs, jamais contente, jamais satisfaite, piquant des crises incessantes à ce père qui m’aimait tant. J’étais sa « princesse » comme il me le disait si souvent, et pourtant je n’étais à l’époque pas foutue de comprendre que tout ne tournait pas autour de mes caprices. Certes je n’étais qu’une gamine et pourtant, toute ma vie allait basculer sur cet élan de colère que j’eus.
Sherlock et Mycroft, mes grands frères qui étaient des jumeaux et d’incontestables génies  à seulement dix ans, m’observaient avec attention comme s’ils se doutaient de la suite et du pire… Pourtant ils ne bronchèrent pas quand je partis, passablement énervée.

Sortant de la nouvelle maison, dans laquelle nous avions emménagé il y a quelques mois, je claquais la porte avec ma petite force, courant vers la balançoire au fond de l’immense jardin. M’asseyant dessus, je tournais le dos à la maison, pleurant et proférant toutes les immondices qui me passaient par la tête. Je détestais que l’on me tienne tête et ça depuis toujours. Alors ce que mon père venait de faire fut la dernière chose que je pus obtenir de cet homme si bien faisant à mon égard…
Je n’entendais rien, perdue dans mes pensées et dans mes larmes jusqu’à ce que je sente une odeur de brûler parvenir à mon petit nez d’enfant. Pensant encore que Maman avait eu la bonne idée de faire brûler les gâteaux, je me retournais en séchant mes larmes et là, je vis ma vie s’effondrer devant mes yeux.
La maison était en feu, des flammes de plusieurs dizaines de mètres de haut flamboyaient dans le ciel rougeâtre de cette soirée d’hiver. Me mettant à crier, je courus vers la maison, espérant ne faire qu’un mauvais cauchemar. Et pourtant… La chaleur était intenable. Je n’étais qu’à quelques mètres de la maison mais je ne pouvais plus faire un pas. J’étais pétrifiée, comme glacée face à cette vision abyssale de ma vie.
Je venais de tuer ma famille… Car oui j’avais cet horrible don de faire brûler des choses quand je m’énervais. Et ça, depuis le premier jour de ma vie. J’avais déjà fait brûler des rideaux, des poupées… Mais là, je venais de faire brûler ma vie, ma famille, les êtres qui m’avaient fait voir le jour.

1 Septembre 2015 :

Ce fut la date de mon entrée à Poudlard. J’avais reçu, dans l’orphelinat où j’avais passé ces cinq dernières années, la fameuse lettre de l’école Poudlard qui m’invitait à devenir une apprentie sorcière.
J’étais arrivée là-bas dans un esprit de test, un peu peureuse à l’idée de me dire qu’il faudrait certainement que je fasse face à cet horrible don que j’avais. Je fus mise chez les Serdaigles, me rendant vit compte que je suivais le même chemin que mon père. J’avais d’ailleurs récupéré sa baguette dans les décombres de la maison que j’avais embrasée. Elle avait survécu comme par enchantement à la mort. Je n’avais jamais su comment ni pourquoi, mais je me doutais qu’elle m’était destinée.

Pendant ma scolarité à Poudlard :

Je progressais énormément, arrivant à garder un sang-froid à toute épreuve malgré les montagnes de problèmes qui avaient tendance à me tomber dessus. Madame McGonagall me fit d’ailleurs passer des tests intellectuels, et non magiques, et remarqua que comme mon père, j’avais un QI bien supérieur à la moyenne puisqu’il était, à l’âge de 14 ans, de 163.
Après cela, j’eus le droit aux surnoms les plus divers et variés : « grosse tête », « tête d’ampoule » et tout ce qui allaient avec. Pourtant, je ne me laissais pas démonter, allant certaine fois jusqu’à me batte avec des gamins qui faisaient deux fois ma taille, quitte à me prendre une raclée, mais je voulais défendre ce nom que je portais. J’étais une Holmes et j’en étais fière. Personne n’a le droit de salir le nom de ceux qui m’ont donnés la vie.
J’obtins le titre de sorcier aux bouts de sept années intenses d’apprentissage et surtout de passions pour les cultures anciennes et oubliées.

Aujourd’hui :

Et maintenant me direz-vous…
Je vis le plus décemment possible au sein de l’ancien minuscule appartement où j’ai vu le jour. Autant dire que les fins de mois ne sont pas faciles, car je n’ai rien, absolument plus rien à part une pauvre photo de ma famille avant sa mort que je conserve précieusement dans mon portefeuille.
Je viens d’être recruter dans la brigade d’intervention du ministère de la magie en temps qu’enquêtrice. Je fais le même métier que celui de mon cher père pour mon plus grand honneur.
Mais, rien ne semble facile au sein du ministère où se trame bien des choses qui doivent restées endormies et secrètes.  Je verrais bien avec le temps mais je pense que ce métier va me passionner car j’aime tant décrypter les gens qui m’entourent sans qu’ils sachent que je sais tout de leurs petits complexes qu’ils tentent, plus ou moins bien, de cacher.
Ϟ Date de naissance : 16 Août 2005
Ϟ Nationalité : Anglaise
Ϟ Statut de sang : Sang-Mêlée
Ϟ Profession/Maison : Enquêtrice de la brigade d'intervention de la police magique.
Ϟ Baguette : En bois de Prunellier et ventricule de Dragon, j'ai hérité cette baguette de mon défunt père. J'y tiens comme à la prunelle de mes yeux.
Ϟ Particularité : Cette baguette m'obéit avec une grande sagesse, ce qui est fort étonnant pour un objet en bois de prunellier. Malgré tout, je sais que si j'allais à défaillir ou à douter, ma baguette serait certainement celle qui me ferait basculer vers des méandres que j'ignore.
Sinon, j'ai une particularité que peu, très peu de gens connaissent: je suis pyrokynésiste: c'est à dire que je peux embrasé si j'éprouve de trop vives émotions (surtout la colère) ou que je l'ai décidé.
Physique & Caractère


Ϟ Age : 22 Ans.
Ϟ Corpulence : Mince et pulpeuse.
Ϟ Couleur des yeux : Bleu azur.
Ϟ Couleur des cheveux : Noir corbeau.
Ϟ Signe distinctif ? J'ai plusieurs tatouages sur le corps dont un dans le dos du côté droit et un autre sur le flanc gauche.

Comment je me trouve ? Normal… Certes j’ai des yeux aussi bleus que le ciel dans le désert, ceux sont l’une des dernières preuves que je suis la fille de James Holmes, mais à part ça… Je n’ai rien d’extraordinaire. Mais depuis que je fais attention à décrypter les autres et leurs expressions, j’ai compris que mon attitude et mon style vestimentaire pouvaient influer sur leur comportement.
Alors je me suis adaptée : j’ai troqué mes vêtements « habituels » par leur style basique avec des robes cintrées, des escarpins, des jupes tailles hautes et aussi, et ça je dois avouer que j’aime bien, par quelques pantalons en cuir. J’ai affiné mon maquillage et ma coiffure… Bref, je ressemble plus à une pin-up légèrement femme fatale qu’à une enquêtrice lambda. Mais se démarquer, c’est aussi prouver que la norme n’existe pas et qu’l faut se battre pour exister tel que l’on est.

Quant à mon caractère… Ce n’est pas simple de se décrire quand on a une base caractérielle aussi forte et dangereuse que la mienne.
Comment expliquer ? Je suis impassible dans la plupart des cas. J’analyse incessamment les gens, je ne cherche pas à être comme les autres et ça me va très bien. J’ai l’habitude qu’on essaie de e marcher sur les pieds, j’essaie de passer outre ou de monter en violence verbale, mais la force est un atout que j’essaie d’employer le moins souvent même s’il est vrai que j’ai tendance à frapper les gens qui me cherchent trop.
Sinon, j’ai, évidemment, un cœur comme tout le monde, mais il n’est pas forcément visible à part quand la situation le permet ou le nécessite. Je ne veux pas que l’on me prenne en pitié ou quoi que ce soit, alors ma mésaventure et ma vie « d’avant » restent très secrètes. Seuls ceux qui me connaissent vraiment ou depuis longtemps le savent… Autant dire personne.
Je n’ai pas un caractère qui m’a permis de me faire beaucoup d’amis, par contre, ma liste d’ennemis s’allongent à vue d’œil à chaque fois que je fais un pas n’importe où. Alors devenir enquêtrice pour la brigade d’intervention risque de ne faire que s’agrandir la liste déjà importante de personnes qui me haïssent. Mais qu’importe : j’ai les nerfs solides et je ne compte pas me laisser démonter.
Ah ! Une dernière chose : j’adore apprendre et découvrir alors il n’est pas rare de me voir la tête plonge dans des bouquins pour en découvrir toujours plus sur cette Terre et ses habitants. Mais bon… Ne croyez pas que mes connaissances sont limitées, je n’ai guère un QI élevé pour faire joli. Alors ne m’en voulez si je vous détruis à coups d’explications et de regards bien placés.

Notes aux examens

Notes aux BUSEs
Astronomie : E
Botanique : O
DCFM : O
Histoire de la Magie : E
Métamorphose : E
Potions : O
Sortilèges : O
Option 1 : O
Option 2 : E
Notes aux ASPICs
Astronomie : O
Botanique : E
DCFM :O
Histoire de la Magie : E
Métamorphose : E
Potions :O
Sortilèges : O
Option 1 : O
Option 2 :E

Votre plus grande peur

Je suis pyrophobe.

J’ai peur du feu. Sous toutes ces formes…
Par la même, j’ai aussi peur de moi et de mon don. Toutes ces colères incontrôlées n’ont apportées que la mort autour de moi puisque j’ai réussi à tuer mes parents et mes frères.
Pour éviter de m’emballer, j’ai appris à me contrôler, à rester insensible à tout ce qui aurait pu me faire du mal, m’énerver ou faire de moi ce monstre qui fait embraser tout ce qu’il veut. Car j’ai beau ne pas m’énerver, la colère est un sentiment qui ne m’a jamais quitter depuis ma naissance. Je suis une colérique née.
Pourtant, depuis ce terrible soir de Novembre, jamais plus rien ne s’est embrasé dans un accès de colère. Aurais-je perdu ce don ? Non bien au contraire, je sens encore ce feu qui brûle incessamment en moi mais j’ai appris à dompter cette fureur qui faisait de moi une femme que je ne voulais plus être : je ne veux plus être vue comme la meurtrière de mes parents. Non, je ne veux plus jamais revoir cette dernière image qu’il me reste de mon père : son visage dur et pourtant son regard si aimant, me laissant partir avant qu’il ne tombe comme les autres sous la dureté de ce feu rempli de haine que je sentais grandir en moi.
Mais oui, j’ai peur : j’ai peur que le feu me fasse de nouveau tourner folle. La dernière fois que j’en ai vu, je n’ai pas bougé, restant à quelques mètres des flammes, me contentant d’observer comme une statue pétrifiée, ma colère se déversant dans ces flammes qui n’ont fait que grandir face à moi, ma colère s’exprimant à travers elle.
Alors, j’espère que jamais je n’aurais à faire face à un épouvantard qui se jouera avec plaisir de cette peur incontrôlable qui m’habite. Sinon, les dégâts pourraient être bien plus sévères que prévu…
Derrière l'écran

Ϟ Pseudo : Mandine
Ϟ Age : 19 Ans
Ϟ Niveau RP ?Assez bon
Ϟ Comment as-tu connu le forum ?Grâce à Aurélie Wink
(c) CREDIT fiche - Never-Utopia & Daph & Loun-Ao


Dernière édition par Evy L. Holmes le Mer 17 Juil - 16:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Épouvantard
Je suis Administrateur

MessageSujet: Re: Evy L. Holmes [Terminé]   Dim 14 Juil - 10:39

Bienvenue chouchou <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nightmarerpg.forumactif.org
avatar
Evy L. Holmes
Je suis membre de la police d'intervention


Rappeltout
Niveau Riddikulus: 2
Epouvantards vaincus : 0
Peur:
MessageSujet: Re: Evy L. Holmes [Terminé]   Mer 17 Juil - 16:17

Merci mon chou !
Et voilà, fiche terminée, j'espère que ça conviendra Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Épouvantard
Je suis Administrateur

MessageSujet: Re: Evy L. Holmes [Terminé]   Mer 17 Juil - 19:17

C'est parfait, comme je m'y attendais; je te valide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nightmarerpg.forumactif.org
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Evy L. Holmes [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Evy L. Holmes [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Codage] Volière & Papier Lettre - Catherine Holmes [Terminé - Abygael Thompson]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nightmare :: Grimoires :: Carte d'identité magique :: Fiches validées-