Nightmare

Venez vivre votre pire cauchemar...
 

Partagez | .
 

 Promenade Matinale [Rurisk Hobb]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Kathleen Austen
Je suis un(e) Poufsouffle

Emploi/Maison : Poufsouffle, 7eme année

Rappeltout
Niveau Riddikulus: 1
Epouvantards vaincus : 1
Peur: Les Mangemorts
MessageSujet: Promenade Matinale [Rurisk Hobb]   Mar 2 Juil - 13:08

4 Juillet 2027, 8h15


Katie n'arrivait plus à dormir depuis un moment déjà. Elle regarda la place vide à côté d'elle et se leva finalement. Elle ne prit pas la peine d'enfiler quelque chose par-dessus le débardeur et le minuscule short qui lui servaient de pyjama et se rendit directement vers la cuisine. Elle vivait dans son premier appartement, que ses parents lui avait offert pour ses 17 ans. Elle se prépara un café qu'elle but en s'accoudant à la fenêtre qui donnait sur le Chemin de Traverse.

La rue était vide, ce qui n'avait rien d'étonnant à cette heure matinale. Elle aperçut un peu plus haut Florian Fortarôme qui installait les chaises et les tables sur sa terrasse. C'était un peu inutile car aujourd'hui comme tous les jours depuis fin juin, personne ne viendrait s'installer à cette terrasse tout comme personne ou presque ne foulerait les pavés du Chemin de Traverse.

Les gens avaient peur, ils n'osaient plus sortir ... Elle savait que ses condisciples avaient raison d'avoir peur. Mais elle savait aussi qu'ils n'avaient aucune raison d'avoir peur, car rien ne changerait la situation actuelle, du moins pas avant que le responsable ne sorte de son coma. Mais que tout le monde soit effrayé et qu'ils restent tous chez eux ne dérangeait pas Katie le moins du monde. Elle appréciait la solitude, le silence et le calme. Et elle savait que cela ne durerait pas, elle savait que bientôt les Sorciers choisiraient la voie la plus rassurante et croiraient le Ministère. Alors le Chemin reprendrait son activité habituelle et la tranquillité de Kathleen prendrait fin.

Elle finit sa tasse de café d'une traite et rejoignit la salle de bain minuscule où elle prit une douche rapide. Elle ne travaillait pas ce matin et avait donc décidé d'aller faire une ballade dans un quartier tranquille de la ville, où elle était certaine de ne rencontrer personne.

Elle ne resta pas longtemps sous l'eau brûlante, voulant profité le plus longtemps possible de son temps libre. Elle sécha ses longs cheveux bruns à l'aide de sa baguette magique et enfila sa jupe et sa chemise d'uniforme avec une cravate noire dénouée. Elle se maquilla avec soin, appliquant une fine couche de poudre sur son visage pour accentuer la pâleur de sa peau et une ombre à paupière noire sur ses yeux. Elle s'observa dans le miroir une minute, satisfaite.

A cause d'une habitude idiote qu'elle avait pris avec le temps, elle se rendit jusque dans le Salon avant de transplanner au hasard, ne pensant qu'à deux choses : Londres et des rues vides, fleuries, avec de grands arbres aux feuilles vertes. La sensation d'être compressée et la nausée la gagna rapidement et au moment où elle commença à suffoquer, elle se sentit mieux. Elle ouvrit les yeux pour se trouver au milieu d'une petite place entourée d'arbre. Comme elle l'avait souhaité, il n'y avait pas un chat. Elle laissa un sourire s'épanouir sur ses lèvres fines et commença sa ballade d'un pas tranquille, regardant tout autour d'elle avec attention. Elle adorait faire des petites balades matinales, profiter des premiers rayons du Soleil et du calme...


Dernière édition par Kathleen Austen le Ven 9 Aoû - 11:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rurisk Vladoff-Hobb
Je suis un(e) moldu(e)

Poste : //
Emploi/Maison : Etudiant

Rappeltout
Niveau Riddikulus: 0
Epouvantards vaincus : 0
Peur: de l'abandon
MessageSujet: Re: Promenade Matinale [Rurisk Hobb]   Dim 4 Aoû - 14:57

Pourquoi être réveillé si tôt, alors qu'il n'avait rien de prévu de la journée?

Peut être bien parce que, justement, il n'avait rien de prévu. Ne rien faire l'agaçait. Cela faisait déjà plusieurs moi qu'il était à Londres, mais il n'avait toujours pris aucun plaisir à visiter les lieux touristiques ou à profiter de la vie nocturne -sortir seul n'est tout simplement pas dans son tempérament. Il en avait marre de rester inactif, à passer son temps au chevet de sa mère. Il s'en voulait de penser ça, mais devoir rester auprès de sa mère commençait à le fatiguer de plus en plus. Il lui fallait de l'air.

Pourquoi si tôt alors?
Tout simplement parce que Rurisk voulait du calme. Il ne s'imaginait pas Londres comme étant une ville très vivante la journée. Pour lui, le seul moment d'activité était le soir, quand les jeunes allait se bourrer  dans les pubs ou en boite de nuit.
C'est donc dans l'idée de pouvoir prendre l'air en marchant au hasard des rues qu'il s'était levé. Avec enfin une chose à faire de sa journée.

Son réveil avait sonné à 7h30, il avait bien eu envie de le renvoyer dans l'enfer dont il provenait obligatoirement. Après s'être étiré il s'était mis en quête de la cuisine. A cette heure là, tous les couloirs de l'appartement de son père se ressemblaient. Et il faut avouer que Rurisk ne s'était pas vraiment préparé un seul repas depuis son arrivée. Il se contentait, jusque là, d'un sandwich, une fast-food, ce que lui amenait son père. Vraiment rien de glorieux....

Après avoir avalé quelques cookies qui traînaient et bu un peu de jus d'orange (soit un petit déjeuner normal, pas un déjeuner comme son père le concevait, encore une chose qu'il ne comprenait pas : pourquoi s'embêter à se faire un repas au lieu de grignoter simplement ?) il alla prendre une douche fraîche. Au moins il savait où était la salle de bain.

Jusque là il n'avait vu aucun signe de vie de son père, il était sans doute déjà parti travailler ou à l’hôpital. Ce n'est pas important, Rurisk n'a pas vraiment envie de le voir ces jours ci.

Après avoir enfilé les premiers vêtements qui traînaient, le voilà enfin dehors. L'air frais lui a permis ce qu'il n'avait pas réussi jusque là, se réveiller.

Après avoir erré pendant un quart d'heure, Rurisk reconnu une rue, en passant par la rue de droite, il pourrait aller au petit square du quartier en passant par cette petite place agréable, souvent déserte. Parfaitement ce qu'il fallait, Londres commençait à se réveiller.

A quelques pas avant d'arriver sur la place, il entendit un petit bruit étrange, intrigué, il s'approcha doucement, sans bruit. Qui sait ce qu'il peut bien se passer dans les rues calmes de cette ville.

Grand moment de solitude, il n'y avait sur la place qu'une jeune femme. Après cette approche ridicule, Rurisk ne se sentais pas de passer par cette place, quitte à faire un détour ou rentrer chez lui, il ne voulais pas qu'elle puisse lire la honte sur son visage.
Il faut croire que l'univers lui en voulait, car il eu à peine le temps de faire deux pas que son pied se pose sur une bouteille qui traînait là, sans doute un vestige d'une beuverie de la veille. Sans compter le bruit produit par la bouteille, Rurisk avait assez perdu l'équilibre pour se retrouver sur son céans. Il ne put retenir un juron de sa langue maternelle.

Lui qui avait voulu être discret, voilà qui était totalement raté....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kathleen Austen
Je suis un(e) Poufsouffle

Emploi/Maison : Poufsouffle, 7eme année

Rappeltout
Niveau Riddikulus: 1
Epouvantards vaincus : 1
Peur: Les Mangemorts
MessageSujet: Re: Promenade Matinale [Rurisk Hobb]   Lun 5 Aoû - 21:07


Le silence était total sur la petite place fleurie et entourée d'arbres. Katie inspira profondément à plusieurs reprises. Elle aimait être hors de la ville, là où la pollution n'était pas un problème mais suffisamment proche pour que l'on sente la chaleur étouffante de Londres dans sa nuque. C'était ici qu'elle se sentait le mieux au monde, à la fois proche et loin, à la fois seule et entourée. Un vrai paradoxe à elle seule....

Elle fit quelques pas tranquillement, sans se presser, jusqu'à ce qu'un bruit sourd ne la fasse sursauter. Quelque part dans son dos, quelque chose venait de tomber. Et à peine une seconde plus tard, elle entendit un mot dans une langue qu'elle ne connaissait pas mais même sans cela il n'était pas difficile de deviner de quel genre de mot il s'agissait. Elle se retourna et chercha un moment avant d’apercevoir enfin la silhouette d'un jeune homme à peine plus vieux qu'elle assis par terre quelques mètres plus loin. Visiblement, c'était de lui que provenait tout ce vacarme et il était sans doute tout juste remis d'une chute droit sur les fesses.

Katie, ayant mal pour lui se précipita avant qu'il n'ait pu faire un geste et tandis la main dans sa direction pour l'aider à se relever.

"Tout vas bien ? demanda-t-elle, réellement inquiète mais légèrement amusée."

Le temps qu'il se remette sur pied, elle prit le temps de l'examiner avec un peu plus d'intérêt. Visiblement, il ne faisait pas grand chose de plus qu'elle par ici, à moins d'y vivre bien sûr, qui aurait eu quelque chose à faire dans ce quartier de toute façon ? Il devait être un voisin qui faisait une petite balade dans la fraîcheur du matin pour se réveiller tranquillement, comme elle.

Il portait des cheveux bruns légèrement en bataille, sans doute à cause de la chute et de la légère brise qui soufflait en cette fraîche matinée d'Août. Ses yeux étaient de la même teinte que ses cheveux mais ils portaient une lueur intrigante pour ceux de Kathleen. Dès le premier regard, elle tomba sous le charme de ses yeux là, ce qui se laissa voir sans problème par la teinte rosée que prirent ses joues dès que leurs regards se croisèrent. Il était grand et un peu maigre, l'air dégingandé, pas très soigné, un peu comme elle, en tout cas. Elle le trouva tout de suite mignon bien qu'elle n'était même pas certaine qu'il parle un seul mot de sa langue.

"Est-ce que tu parles anglais, demanda-t-elle ?"

Dès que sa question passa la barrière de ses lèvres, elle la regretta. Quelle question idiote. Soit la réponse était non et il ne comprendrait même pas la question, soit c'était oui et elle trouvait stupide d'avoir osé la poser. Mais ce qui était fait était fait et elle ne pouvait plus rien faire de plus qu'attendre une réponse quelconque, dans une langue qu'elle ne comprendrait sans doute pas, les joues roses et le regard brillant comme une adolescente qui découvre l'amour pour la première fois

_________________
« That's what you get
when you let your heart win »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rurisk Vladoff-Hobb
Je suis un(e) moldu(e)

Poste : //
Emploi/Maison : Etudiant

Rappeltout
Niveau Riddikulus: 0
Epouvantards vaincus : 0
Peur: de l'abandon
MessageSujet: Re: Promenade Matinale [Rurisk Hobb]   Mar 6 Aoû - 14:24

Et voilà que la jeune femme de la place était venue le voir. Comme si ce n'était pas suffisant de s'être vautré en pleine rue, il fallait qu'elle assiste à ça. N'écoutant pas vraiment ce qu'elle disait, il se releva. Ce n'est qu'après s'être totalement levé qu'il vit que la jeune fille lui avait tendu la main pour l'aider. Elle semblais trouver la situation légèrement comique, mais au moins elle était venue à son aide.

Alors qu'il commençait à reprendre ses esprit, tout en vérifiant ne rien avoir perdu dans ses poches, il l'entendit lui demander s'il savait parler anglais. Et voilà, ridiculisé par une bouteille et catégorisé comme étranger, pourtant la matinée avait bien commencé. Rurisk commença à s'énerver, il en avait marre de cette ville et de ses habitants, le pays lui manquait et il était coincé jusqu'à sa mère soit rétablie. C'est en essayant de se calmer qu'il se rendit compte de sa bêtise. C'est lui qui avait parlé polonais en tombant, elle avait dû l'entendre même de là où elle était. Elle ne l'avait pas jugé, elle était juste venu voir si tout allait bien, un acte simplement gentil. Il pris alors conscience qu'elle rougissait,  surement gênée par son comportement grossier. Après tout, elle avait voulu rendre service et tout ce qu'il avait fait était de ne pas répondre et de s'énerver.

"Heu.. oui, tout va bien merci. J'ai juste été surpris de te ... en tombant sur cette satanée bouteille", fit-il, bredouillant.

Elle était plutôt mignonne vu de près. Cela ne l'aidait pas vraiment à garder un semblant de contenance. Elle paraissait vraiment inquiète de son sort et en même temps il avait l'impression qu'elle attendait quelque chose, peut être avait il vraiment été trop sec jusque là. Il commençait à se sentir terriblement coupable.
Ça devenait dur de réfléchir, son regard ayant croisé le sien. Il avait toujours été gêné par ceux qui soutenait son regard, et quels yeux....
Il ne pouvait pas détacher son regard du visage de la jeune femme, il vit qu'elle rougissait encore plus qu'avant, son visage était vraiment beau. Elle semblait jeune et pourtant il y avait quelque chose d'étrange, qu'il n'arrivait pas à définir dans son regard, quelque chose qui l'empêchait de regarder quoi que ce soit d'autre que ces yeux là.

Ce moment lui parût durer une éternité quand il réussit de nouveau à prononcer des mots.

"Excuse moi, merci de t'être inquiétée pour moi, je vais bien. J'ai juste été surpris. Tu n'as pas entendu un bruit étrange juste avant que ... que je tombe?", lui demanda-t'il," Ce bruit m'a vraiment intrigué. C'est ce qui m'avait attiré ici quand ... Au fait, laisse moi me présenter, je m'appelle Rurisk. J'espère ne pas avoir été trop grossier avec toi. Tu habite dans le coin?"

Au moins, il arrivait enfin à parler normalement, même s'il ne savait pas vraiment ce dont il discutait. Il pouvait agir de façon naturelle, la première fois depuis son arrivée ici, selon ses souvenirs. Bien entendu il s'en voulait de pas avoir un sujet de conversation plus passionnant, mais que pouvait il espérer après une rencontre de ce style. Il avait oublié où il se trouvait et pourquoi, tout ce qui comptait actuellement était cette conversation et cette fille.


Dernière édition par Rurisk Vladoff-Hobb le Jeu 8 Aoû - 12:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kathleen Austen
Je suis un(e) Poufsouffle

Emploi/Maison : Poufsouffle, 7eme année

Rappeltout
Niveau Riddikulus: 1
Epouvantards vaincus : 1
Peur: Les Mangemorts
MessageSujet: Re: Promenade Matinale [Rurisk Hobb]   Mar 6 Aoû - 15:22

Katie fut un peu surprise par la réaction du jeune homme, qui ignora totalement l'aide qu'elle lui proposait pour se lever tout seul. Elle savait que certains hommes étaient très fier mais là... Son sourire perdit un peu de sa superbe tandis que le jeune homme, visiblement colérique, reprenait une contenance et vérifiait n'avoir rien perdu dans sa chute.

Cela fait, il osa enfin lever les yeux vers elle et son expression se radoucit automatiquement, redonnant un peu de peps au sourire de Kath. Il était vraiment adorable, bredouillant dans sa barbe qu'il allait bien, qu'il avait glissé sur une bouteille et autre chose à propos d'elle qu'il laissa en suspens. En d'autres endroits, Katie aurait insisté pour savoir quoi mais comme elle ne le connaissait pas, elle se contenta de sourire bêtement en secouant la tête de haut en bas dans un geste de compréhension un peu idiot. Au moins, il parlait anglais, et il le parlait plutôt bien, avec un accent de l'est à faire fondre le coeur des plus vaillantes.

Après ce bredouillement quasi incompréhensible pour un esprit inattentif, le jeune homme se tut et leva les yeux vers ceux de Kathleen, mélangeant leurs regards. La jeune femme se mit à rougir de plus belle sous l'intensité du regard brun qui sembla durer des heures jusqu'à ce qu'enfin, le jeune homme reprenne la parole.

Et le moins qu'on puisse dire c'est qu'il parlait... Un vrai moulin à parole, quasiment impossible à faire taire, elle l'aurait juré. Heureusement que son accent ne gênait pas la compréhension de ses mots car sinon la rousse aurait déjà lâché l'affaire pour se concentrer sur les lèvres fines du garçon depuis un bail. Mais là, elle tentait de rester calme et concentrée pour ne pas avoir l'air d'une morte de faim. Elle sursauta quand il lui demanda si elle n'avait pas entendu un bruit étrange, mais il ne lui laissa même pas le temps de lui répondre avant de se présenter.

Ainsi, elle appris, par un immense effort de concentration, qu'il s'appelait Rurisk et qu'il avait été surpris par un bruit étrange en arrivant ici, ce qui était probablement la raison de sa chute. Kathleen se sentit légèrement mal à l'aise. Elle savait parfaitement de quoi venait ce bruit étrange puisque c'était elle qui l'avait produit en transplannant sur les lieux. Mais Rurisk, lui, semblait l'avoir entendu pour la première fois aujourd'hui. Ce qui signifiait que c'était un moldu. Un moldu affreusement craquant...

"Moi c'est Katie, lâcha-t-elle finalement, et non, je n'ai entendu aucun bruit étrange en arrivant ici. C'était sans doute une moto qui partait dans le quartier."

Elle lui adressa un immense sourire et plongea de nouveau ses yeux verts dans les siens. Il fallait noyer le poisson, qu'il cesse de se poser des questions sur ce bruit étrange ou c'était Kathleen qui risquait une expulsion de Poudlard pour avoir révélé la vérité sur le monde magique à un moldu. Et malheureusement pour elle, elle n'était pas encore assez douée pour maîtriser le sortilège d'oubliettes à la perfection, elle risquait de lui faire trop de dégâts si elle approchait sa baguette de lui.

"Je ne vis pas du tout dans le quartier, en fait j'ai un appartement dans le centre de Londres mais j'adore me promener par ici, c'est tellement calme, tu ne trouves pas ? Et toi, tu es du quartier ?"

_________________
« That's what you get
when you let your heart win »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rurisk Vladoff-Hobb
Je suis un(e) moldu(e)

Poste : //
Emploi/Maison : Etudiant

Rappeltout
Niveau Riddikulus: 0
Epouvantards vaincus : 0
Peur: de l'abandon
MessageSujet: Re: Promenade Matinale [Rurisk Hobb]   Jeu 8 Aoû - 12:01

Rurisk était vraiment intrigué par cette jeune femme. Maintenant qu'il arrivait à jeter quelques coups d’œils sur le reste de sa personne, il ne pouvait empêcher ses pensées de vagabonder. Ses cheveux roux étaient d'une couleur éclatante. Il n'y avait que peu de roux ou rousses en Pologne, il ne pouvait pas arrêter de se demander si c'était sa couleur d'origine, il failli même le demander à voix haute, hanté par cette question.

Une autre question qu'il s'était posé, pourquoi son sourire oscillait parfois entre le beau sourire naturel et le sourire forcé, dissimulant une inquiétude. Lui avait il fait peur?
Non, ce n'était pas possible, elle paraissait trop enjouée pour être apeurée.

"Je ne sais même pas vraiment où je suis,dit il en plaisantant.Tout ce que je sais, c'est qu'il y a un parc sympathique plus loin. J'ai dû passer ici une fois seulement, c'est justement le calme qui m'a attiré ici."

Ses yeux ne le lâchait pas, c'était vraiment perturbant, ça ne lui laissait pas le temps de se calmer, de se refroidir. Elle était plutôt jeune, elle avait parlé d'un appartement dans le centre de Londres, elle venait sans doute de commencer ses études supérieures. En même temps, avoir un appartement à elle? Elle avait peut être abusé de la formulation?
Quel âge pouvait-elle avoir?
Alors que ces questions lui passaient dans la tête, il se rendit compte qu'il avait envie de la prendre dans les bras, et que le silence devenait vraiment long, sa tentative de la faire rire, qui avait au moins réussi à la faire sourire, n'avait pas été suffisant pour qu'elle relance la discussion. Elle en attendait plus, c'était évident. Mais que dire?

"Tu dois vraiment bien aimer marcher pour venir d'aussi loin. Tu vis seule?"

Quel idiot, il pouvait bien parler parfaitement anglais, il fallait qu'il choisisse les mauvaises formulation. Il aurait dû demander si elle vivait avec ses parents ou en collocation...
Il avait enfin l'occasion de discuter naturellement et avec intérêt avec une anglaise, et à cause de sa maladresse, il allait sans doute la faire fuir. Ou alors elle restera là pour voir comment cet étranger allait bien pouvoir se comporter encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kathleen Austen
Je suis un(e) Poufsouffle

Emploi/Maison : Poufsouffle, 7eme année

Rappeltout
Niveau Riddikulus: 1
Epouvantards vaincus : 1
Peur: Les Mangemorts
MessageSujet: Re: Promenade Matinale [Rurisk Hobb]   Ven 9 Aoû - 10:49


Le soleil commençait doucement mais sûrement à remonter dans le ciel, perçant par endroit aux travers des arbres et réchauffant la peau des deux jeunes gens. Katie, sous sa jupe d'écolière, ne regrettait pourtant pas ses bas couleur chair ni ses guêtres noires et oranges, car elle savait qu'il ne ferait jamais beaucoup plus chaud de toute la journée. Elle ne comprenait pas comment les épouvantards pouvaient avoir cet effet sur le temps mais il n'y avait pas d'autres solutions car c'était depuis leur apparition que le temps était devenu plus frais.

Du bout de sa converse noire usée, elle mit un petit coup de pied dans un cailloux, encore inquiète de ce que dirait le jeune homme. Heureusement, il sembla accepter sans trop de mal l'explication qu'elle lui donna sur le bruit étrange qu'il avait entendu et n'en parla plus, au contraire, il fit une agréable plaisanterie sur sa présence dans le quartier, qui arracha le premier petit rire amusé de Kathleen. Beau et drôle, il ne manquait plus qu'il soit gentil et cultivé et il serait sans doute l'homme idéal...

La Poufsouffle tenta de chasser cette idée de sa tête, il était bien trop tôt pour penser une chose pareille, elle le connaissait depuis, quoi, trois minutes ? Depuis quand était-elle devenue si faible de cœur et d'esprit pour s'énamourer d'un moldu croisé dans la rue au hasard d'un transplannage presque découvert ? Elle venait de prendre un risque énorme et au lieu de s'en inquiéter, elle flirtait avec un moldu... Bravo, Kathleen. Mais en même temps, c'était lui qui venait de parler d'un parc sympa dans le coin et elle comprenait ça comme une invitation. Etait-ce à tort ? Qu'importe, elle s'en soucierait plus tard.

Pour l'heure, ses yeux ne parvenaient plus à se détacher de Rurisk et c'était un problème bien plus grave. Pour faire mine de se détourner un instant, elle baissa ses yeux vert en amande sur sa chemine blanche et la plissa légèrement, dans un geste qui dénonçait clairement sa gêne, s'il ne l'avait pas déjà remarqué au rouge de ses joues. Elle dessera un peu plus sa cravate noir et lui adressa un nouveau sourire gêné quand il lui fit la remarque qu'elle devait aimé marcher pour être venue jusqu'ici à pied. C'est vrai qu'elle n'avait pas pensé à ce détail quand elle lui avait dit qu'elle vivait en centre ville.

« En fait, je suis venue en bus jusque dans le coin et j'ai vagabondé un peu dans le quartier, j'adore marcher mais pas à ce point. »

Elle eut un nouveau petit rire, pour détendre l'atmosphère. C'était l'une de ses qualités habituellement mais là... Elle se sentait à la fois trop tendue et trop bien pour y parvenir comme d'ordinaire.

« Oui, je vis seule. Je sais que je suis un peu jeune mais comme j'entame ma dernière année d'étude, mes parents mon offert un appartement pour que j'ai plus d'intimité et que je sois plus proche de mon école. »

Tu parles, son école se trouvait en Écosse et elle y apprenait la Magie avant de se choisir une autre voie à la fin de l'année, sans doute dans une université magique où elle apprendrait l'art de devenir médicomage. Car c'était son rêve : soigner les gens, sauver des vies, pour le reste de son existence.

« Et toi, tu vis seul ? »

Puisqu'il lui avait posé la question le premier, il n'y avait pas de raison qu'elle ne le fasse pas aussi et puis c'était beaucoup moins entreprenant de la part d'une fille de poser ce genre de question que de sa part à lui. Après un moment de silence qu'elle passa encore une fois malgré elle à faire le tour du jeune homme des yeux, elle osa enfin lui poser une dernière question.

« Est-ce que tu voudrais me montrer ce parc dont tu parlais ? Ça a l'air vraiment sympa et comme je ne travaille pas ce matin, ça me donnera l'occasion de mieux connaître le quartier. »

_________________
« That's what you get
when you let your heart win »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rurisk Vladoff-Hobb
Je suis un(e) moldu(e)

Poste : //
Emploi/Maison : Etudiant

Rappeltout
Niveau Riddikulus: 0
Epouvantards vaincus : 0
Peur: de l'abandon
MessageSujet: Re: Promenade Matinale [Rurisk Hobb]   Dim 11 Aoû - 16:50

Chacun des mouvements de Katie attirait invariablement le regard de Rurisk. Ainsi, quand elle shoota dans un caillou, il ne pu s'empêcher de voir non seulement son pied, mais aussi ses jambes mises en valeurs par cette jupe sexy et ces espèces de chaussettes montantes colorées. Elle portait des collants, il ne faisait pourtant pas froid. Il avait toujours cru que les anglais étaient habitué au froid et au mauvais temps. Enfin elle ne devait pas être si frileuse pour porter cette jupe.

Il devait vraiment faire attention à ce qu'il regardait, non seulement ce n'était pas respectueux, mais en plus elle était jeune à n'en pas douter. Son rire est pourtant si agréable à entendre. Ce devait être à ce moment là que Rurisk arrêta de penser normalement pour se laisser aller. Il voulait profiter du moment présent sans avoir à se soucier du futur. Il savait bien qu'il n'allait pas faire sa vie en Angleterre. Il n'était même pas sûr de finir son année scolaire ici, et pourtant ce diplôme lui serait d'une grande aide pour trouver un bon travail en rentrant au pays. Mais pourquoi penser à ça après avoir à peine parlé à cette jeune fille. Certes très mignonne, un style vestimentaire sympa, qui montrait un certain dynamisme de sa part, et de jolies jambes ...

Et maintenant elle passait ses mains sur sa chemise? Mettant en valeur ses lignes. En y repensant, les silences entre chacune de leurs réponses étaient très longs. Elle devait réfléchir autant que lui. Mais à quoi? Est-ce qu'elle avait aperçu ses regards? Surement, cela expliquerait qu'elle rougisse, maintenant qu'il s'en rendait de nouveau compte.
Elle desserrait sa cravate. C'était à cause de lui? Plus probable que ce soit le soleil levant qui la réchauffait enfin.

Il appréciait vraiment les quelques petits rires qu'elle lui avait adressés, on pouvait y discerner une certaine timidité, mais aussi une franchise non feinte.

Elle vivait donc bien seule, peut être qu'il avait une chance? Une chance pour quoi d'ailleurs? Rurisk ne comptait pas vraiment créer de liens avec qui que ce soit avant de rentrer au pays, il lui manquait tant. Il ne voulait pas s'attacher en sachant très bien qu'il devrait faire ses adieux d'ici un an. Même s'il restait toujours la possibilité de revenir de temps en temps ici, à Londres, chez son père. De toutes façons, elle était sans doute trop jeune pour lui, elle même le soulignait indirectement.

Ses pensées erraient encore quand elle lui demanda s'il habitait seul. Comment expliquer qu'il habitait chez ses parents à son age? En Pologne, les bas loyers lui auraient peut être permis de se louer un studio, mais sa mère n'aurait sans doute pas pu subvenir convenablement à ses besoins. Elle aurait très bien pu accepter l'aide que Peter leur offrait, mais elle était trop fière pour ça. Et maintenant, il vivait chez Peter. C'était sans doute étrange pour un jeune de son age de dépendre de ses parents.

"J'habite chez mon père, en attendant que ma mère sorte de l’hôpital." s’entendit il dire. C'est sans doute la première fois qu'il appelait son père "père", et devant une totale inconnue qu'il venait de rencontrer. Il fut absorbé par ses pensées quelques peu chaotiques quand elle le sortit de sa torpeur. Elle ne semblait pas avoir remarqué qu'il était perturbé par ce qu'il venait de dire, par contre, la question qu'elle avait posée semblait avoir été difficile à poser. Elle avait encore plus rougie et c'était légèrement recroquevillée sur elle même.

« Est-ce que tu voudrais me montrer ce parc dont tu parlais ? Ça a l'air vraiment sympa et comme je ne travaille pas ce matin, ça me donnera l'occasion de mieux connaître le quartier. »

Voilà ce qu'elle avait demandé. Il était impossible qu'elle pense qu'il connaisse le quartier, il lui avait bien faire comprendre. Rurisk était déboussolé, dans quelle situation il se trouvait maintenant. Il n'avait pas imaginé qu'un dixième de ce qui venait de se passer en quelques instants puisse se passer ce matin là. Il pensait seulement qu'il allait prendre l'air pendant une petite heure et rentrer, avant de perdre le reste de son temps. Il ne pouvait pas détacher son regard de ses yeux verts. S'il avait pu ne pas penser une seule fraction de seconde, il lui aurait sans doute pris la main pour l'emmener dans ce parc dont ils parlaient. Cependant, il n'était plus très sûr de savoir y aller.

Cela ne l'empêcha pas de répondre sans réfléchir :
"Si te perdre avec moi ne te fais pas trop peur, allons par là."
Il montrait l'une des rues partant de la petite place. Il avait l'impression qu'elle était un peu plus familière que les autres rues.

Il ne savait pas trop quoi faire, passer devant? Lui prendre la main? Rester à sa hauteur? Rester silencieux au risque de la gêner encore plus? Trouver un sujet de discussion? Mais lequel?
Toutes ces questions furent balayées quand il se retourna pour voir si elle suivait bien. Quelque chose en elle arrivait à simplifier la situation, à le calmer, à l'empêcher de se prendre la tête pour tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kathleen Austen
Je suis un(e) Poufsouffle

Emploi/Maison : Poufsouffle, 7eme année

Rappeltout
Niveau Riddikulus: 1
Epouvantards vaincus : 1
Peur: Les Mangemorts
MessageSujet: Re: Promenade Matinale [Rurisk Hobb]   Mer 14 Aoû - 18:43

Se perdre avec lui... Oui l'idée plaisait bien à Kathleen et c'est la raison pour laquelle, souriant de toutes ses dents, elle suivit Rurisk dans la rue qu’il venait de proposer, sans la moindre hésitation. Si ses parents la voyaient, ils seraient sans doute fous de rage de la voir partir dans un lieu inconnu avec une personne inconnue, en particulier un homme plus âgé qu'elle. Mais étrangement, elle se sentait en totale sécurité avec lui, elle lui faisait déjà confiance alors qu'ils venaient tout juste de se rencontrer et elle l'aurait suivi jusqu'au bout du monde s'il le lui avait proposé... Elle se contenterait d'un parc dont il n'était plus très sûr de la position exacte pour l'instant. Et puis, si jamais il tentait quoi que ce soit, elle était suffisamment sportive et douée en magie pour se défendre sans problème et gagner un combat contre un garçon plutôt maigrichon.

De toute façon, elle doutait fort qu'il lui fasse quoi que ce soit, à part la faire craquer et se jeter sur lui pour l'embrasser avant la fin de la matinée s'il ne faisait pas un geste pour la retenir. Était-ce ça, le coup de foudre ? C'était la première fois que Katie ressentait ça et pourtant, elle était déjà tombée amoureuse, plus d'une fois. Mais jamais ça n'avait été dès le premier regard, jamais ça n'avait été d'un parfait inconnu et jamais elle ne s'était sentie aussi libre, aussi vivante. Tout lui semblait aller mieux maintenant qu'elle était auprès de lui et qu'ils arpentaient tous les deux les rues désertes de Londres dans l'espoir un peu fou de trouver un parc alors qu'il devait bien y en avoir des dizaines dans ce quartier résidentiel.

Ils avancèrent tout droit un long moment avant de bifurquer sur la gauche et de s'engager dans une rue un peu plus petite, où la route goudronnée commençait à s’abîmer doucement. Sous ses pieds, Katie sentait le gravier qui commençait à se détacher de la route pour former de petits morceaux dans lesquels elle mettait des coups de pieds. Ils ne parlaient plus vraiment mais le silence était devenu plus détendu, moins gênant. Même ça ne lui était encore jamais arrivé. Elle qui était d'ordinaire si bavarde et qui craignait plus que tout les silences, parvenait enfin à se détendre et à apprécier un moment de silence en compagnie d'une personne tout à fait normale. On ne la reconnaissait plus tant elle semblait parfaitement détendue, heureuse, sans aucune vague et sans se forcer. La Kathleen qui parlait tout le temps pour éviter les moments de gêne avait totalement disparu et pour la première fois de sa vie peut-être elle n'était plus hantée par son passé douloureux. Même Cloe ne l'aurait pas reconnu et pourtant, c'était elle qui l'avait fréquenté le plus longtemps au cours de sa courte vie.

Ils tournèrent une nouvelle fois pour arriver vers l'entrée d'un petit square vers lequel ils se dirigèrent tranquillement.

« Tu vois, tu ne t'en sors pas si mal en guide touristique, plaisanta la rousse en s'engageant dans le parc. »

Elle n'était pas certaine que ce soit exactement l'endroit qu'il avait cherché mais ça restait un parc et c'était toujours mieux que rien et ce qu'ils avaient recherché dès le départ, donc pas de quoi se plaindre. Ils marchèrent un moment entre les allées du parc avant que Kathleen ne jette son dévolu sur un pan d'herbe légèrement ensoleillé. Elle regarda Rurisk et lui offrit un immense sourire rayonnant avant de s'installer en tailleur dans l'herbe fraîche et de lever son visage vers le soleil pour le réchauffer.

« Ce parc est vraiment... parfait, murmura-t-elle au bout d'un moment. Rurisk... »

Elle baissa le visage et le tourna vers le jeune homme mais quand leurs regards se croisèrent, elle avait déjà oublié ce qu'elle voulait lui dire. Une fois de plus, elle s'était perdue dans la contemplation de ses yeux et plus rien au monde n'existait que lui, dans ce parc, à cet instant présent. Elle avait oublié tout le reste de son existence, tout le reste du monde et tous les autres visiteurs du parc, pas si nombreux à une heure si matinale. Ses yeux dévièrent par erreur et caressèrent le visage de Rurisk du regard. Il était si beau. Ses yeux se posèrent un instant de trop sur les lèvres fines du jeune homme et, sans s'en rendre vraiment compte, elle se mordilla la lèvre inférieure, prise d'un affreux désir de l'embrasser. N'était-il pas un peu trop tôt pour cela ? Ils venaient tout juste de se rencontrer. Mais en même temps... Elle en avait tellement envie et elle se fichait de tout en cet instant. Un peu malgré elle, elle imagina ce que serait leurs lèvres l'une contre l'autre. Si seulement elle osait...

(800 mots)

_________________
« That's what you get
when you let your heart win »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rurisk Vladoff-Hobb
Je suis un(e) moldu(e)

Poste : //
Emploi/Maison : Etudiant

Rappeltout
Niveau Riddikulus: 0
Epouvantards vaincus : 0
Peur: de l'abandon
MessageSujet: Re: Promenade Matinale [Rurisk Hobb]   Lun 23 Sep - 17:21

Ils n'avaient pas marché bien longtemps avant de tomber sur un square, pas celui auquel le jeune homme pensait, mais tout aussi bien. Il était pourtant persuadé qu'il aurait pu trouver le chemin vers sa destination prévue. Après une très courte réflexion, il se rendit compte qu'il ne savait pas qui suivait qui depuis qu'ils s'étaient mis en route. Sans doute, les deux jeunes gens pensaient suivre l'autre, sans penser au chemin emprunté, juste en étant guidé par l'envie d'être ensemble dans cette quête, un simple prétexte pour que Rurisk puisse rester avec Katie sans trop dévoiler son intérêt pour elle – en tout cas, il l’espérait.

Pendant ces quelques minutes à marcher, il n'avait pu s'empêcher de jeter des coup d’œil dans sa direction, observer sa démarche enjouée, s'attardant malgré lui à multiple reprise sur ses jambes et sa jupe voletant au gré de ses mouvements. Heureusement pour lui, elle avait été plongée dans ses pensées tout du long, même s'il avait regretté de ne pas pouvoir regarder plus ce visage qui l'intriguait tant. Ce qui l'étonna, c'était que chaque chose qu'il découvrait sur cette personne inconnue ce matin encore le faisait sourire, soit parce qu'il trouvait cela mignon, soit parce qu'elle paraissait différente, très libre en fait.
Il avait beau la voir, devant ses propres yeux, être assez près pour sentir son odeur et la toucher, il avait toujours un doute sur son existence. Certes, elle était belle, mais pas unique, elle avait un style vestimentaire détendu et pas très extravagant, elle parlait, souriait, rougissait, marchait comme n'importe quelle fille de son age, et pourtant il l'aurait cru si elle lui avait dit venir d'une autre planète. C'est sans doute pour cela qu'il ne pouvait pas s'empêcher de la suivre, alors qu'elle semblait chercher attentivement un endroit lui convenant. Elle semblait très satisfaite de l'endroit où elle s'assît. Après un grand sourire, elle ouvrit la bouche pour parler, mais Rurisk ne cherchait pas à savoir ce que c'était. Il savait ce qu'il aimait chez elle, la source de cette étrange impression à son sujet, elle débordait d'énergie.

Au moment où il compris ce qu'il ressentait, une douleur naquît en lui. Il était persuadé qu'il pourrait être heureux avec elle, sans se poser de questions, vivre au jour le jour. Mais il s'était promis de ne s'attacher outre-mesure à personne dans ce pays, pour éviter justement de tomber amoureux et d'avoir à souffrir une fois qu'il devrait quitter ce pays et cette ville. Il était déjà trop tard pour se protéger totalement, ce qui créa un doute immense en lui. Devait il l'oublier tout de suite ou bien profiter de chaque instant qu'il pourrait passer avec elle ?

Ces réflexions stériles furent balayées par ce qu'il lu sur le visage de Katie. Elle s'était rapprochée de lui et semblait inquiète, il traînait dans ses yeux de la peine. Il en devina l'origine en remarquant les larmes qui se formaient aux coins de ses yeux. Sans réfléchir, il se mit à genoux et la pris dans ses bras. Il avait décidé de ne plus s'empêcher de vivre, à cause de l'appréhension d'une douleur possible. Cette femme qu'il connaissait à peine représentait déjà beaucoup pour lui, plus rien d'autre ne comptait.

Il la serait fort contre lui, goûtant à la chaleur qu'elle dégageait. C'était si agréable de pouvoir la sentir contre lui. Il aurait aimé que ce moment dure éternellement....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Épouvantard
Je suis Administrateur

MessageSujet: Re: Promenade Matinale [Rurisk Hobb]   Lun 23 Sep - 17:55


Attention à l'épouvantard !



Alors que vous êtes en train de vous prélasser dans le parc, un épouvantard apparaît devant vous !

Miss Austen, vous êtes encore étudiante, votre niveau de Riddikulus est donc de 1.
Vous ne pouvez pas faire fuir l'épouvantard toute seule mais pouvez au mieux l'affaiblir.
Si vous lancer un dé, plusieurs possibilités s'offrent à vous :

    Vous faites 1 : l'épouvantard n'est pas repoussé, vous perdez 5 points RP.
    Vous faites un nombre impair : l'épouvantard n'est pas repoussé.
    Vous faites un nombre pair : l'épouvantard prend une apparance ridicule à vos yeux pendant quelques secondes.
    Vous faites 6 : l'épouvantard fuit, vous gagnez 20 points RP.


Mr Vladoff-Hobb, vous êtes un moldu, votre niveau de Riddikulus est donc de 0.
Cependant vous pouvez tenter de fuir en lançant un dé de fuite.
Si vous lancer un dé, plusieurs possibilités s'offrent à vous :

    Vous pouvez voir plus de détails à ce sujet sur cette page


A vous de vous concerter et de choisir lequel des deux lancera le dé. Vous pouvez le lancer tous les deux si vous le souhaitez, l'un après l'autre, dans l'ordre de votre choix. Dans tous les cas, vous devrez décrire pendant 150 mots la forme que prend l'épouvantard et décrire ce que vous ressentez à son contact.

Bon courage...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nightmarerpg.forumactif.org
avatar
Rurisk Vladoff-Hobb
Je suis un(e) moldu(e)

Poste : //
Emploi/Maison : Etudiant

Rappeltout
Niveau Riddikulus: 0
Epouvantards vaincus : 0
Peur: de l'abandon
MessageSujet: Re: Promenade Matinale [Rurisk Hobb]   Ven 4 Oct - 4:53

Alors que Rurisk était aux anges, qu'il pouvait enfin profiter de cette félicité, il aperçu une femme dans une tenue de malade d’hôpital boiter vers lui. C'était une blonde, pas très grande sans être petite. Ses longs cheveux blonds lui recouvraient le visage, si bien que Rurisk ne put la reconnaître immédiatement. C'est quand celle-ci se redressa péniblement qu'il put discerner les traits d'une femme qu'il avait connu toute sa vie.

C'était sa mère !

Que pouvait-elle bien faire là ? Elle était censée être à l’hôpital en train de suivre son programme de rééducation ou en train de se reposer. Son opération avait eu beau bien se passer, elle avait besoin de repos si elle voulait que sa jambe guérisse bien.

Cependant, son visage ne reflétait pas la femme qu'il connaissait. Ses lèvres étaient retroussée, si bien que deux rangées de dents serrées étaient visibles à travers sa grimace. Elle paraissait furieuse. Elle serait venue jusqu'ici à cause de ça ? Cela voudrait dire qu'elle lui en voudrait personnellement. Mais de quoi ? D'être dans un parc avec une jeune inconnue à batifoler pendant qu'elle, est à l’hôpital seule, souffrant en silence ?

Son regard n'accrochait aucune entité, ses yeux ne cessaient de rouler dans leurs orbites. Elle paraissait possédé.

Même s'il ne pouvait croire à cette scène, Rurisk craignait tellement pour la santé de sa mère qu'il sortit enfin de sa stupeur, il avait plus ou moins repris le contrôle de son corps, si ce n'était de son esprit.

Au moment ou Rurisk se leva pour rejoindre sa mère, celle-ci sorti un long couteau de boucher de son dos. Alors qu'elle appliquait le tranchant de la lame sur son cou, des gouttelettes de sang perlait de plus en plus. Le jeune homme se précipita dans le but d'arrêter le geste de sa mère, mais elle le fit s'immobiliser d'un regard effroyable.

Survint ensuite l'impensable, Irena se trancha littéralement la gorge, et alors que le sang jaillissait par gerbe, Rurisk s'effondra de douleur, à la limite de l'inconscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kathleen Austen
Je suis un(e) Poufsouffle

Emploi/Maison : Poufsouffle, 7eme année

Rappeltout
Niveau Riddikulus: 1
Epouvantards vaincus : 1
Peur: Les Mangemorts
MessageSujet: Re: Promenade Matinale [Rurisk Hobb]   Ven 11 Oct - 1:16

Le moment était comme suspendu. Les deux jeunes gens se regardaient dans les yeux, totalement perdus l'un dans l'autre, comme si le monde autour d'eux avait totalement disparu. C'était la première fois que Kathleen se sentait aussi bien, aussi sereine. Qu'avait-elle à craindre en cet instant, auprès de ce jeune homme ? Plus rien n'avait d'importance, plus rien à part lui, là, maintenant. Pendant un instant, une idée folle lui vint. Ils ne se connaissaient même pas, ne savaient rien l'un de l'autre mais elle mourrait d'envie de se sentir encore plus proche de lui, de le toucher, de l'embrasser. Il ne tenait qu'à quelques secondes qu'elle le fasse effectivement, bien qu'elle aurait préférée qu'il fasse le premier pas. Puisque ce n'était pas le cas, c'était à elle de le faire, à elle de sceller leur lèvres en un baiser qu'elle imaginait déjà inoubliable.

Mais, elle retint son geste alors qu'elle lisait quelque chose d'étrange dans le regard de Rurisk. Alors qu'elle se sentait si bien, si à l'aise, lui avait l'air... malheureux. Elle se demanda ce qui pouvait créer une telle réaction chez lui, alors que tout semblait si parfait. Pour la première fois de sa vie, elle s'était sentie sûre d'elle, persuadée que les sentiments qu'elle ressentait étaient réciproques et pourtant, il avait l'air si mal. C'était comme si quelque chose venait de se briser en elle. Pour la première fois de sa vie, elle venait de rencontrer quelqu'un avec qui elle voulait vraiment être, plus que tout, plus que n'importe quoi au monde. Cela lui avait paru si simple et elle avait cru dur comme fer que ses sentiments étaient réciproques. Mais force était de reconnaître qu'il n'en était rien. Elle s'était fait des idées et cela lui brisait le cœur. Pourquoi était-elle sortie ce matin-là au lieu de profiter de sa journée de repos pour se reposer ? Pourquoi ne parvenait-elle pas à dormir pour une fois qu'elle en avait l'occasion. Si seulement elle était restée chez elle, tout ceci ne serait jamais arrivé.

Elle voulait parler, dire quelque chose... N'importe quoi qui aurait pu rassurer Rurisk sur le fait qu'elle ne voulait rien de plus que de l'amitié de sa part mais un tel mensonge lui était impossible. Et, bien avant qu'elle ne trouve quelque chose à dire pour détendre l'atmosphère, il fonça sur elle et la serra dans ses bras, si fort qu'elle pouvait sentir battre son cœur dans sa poitrine. Ce contact était un soulagement pour la jeune fille. Elle ne s'était jamais sentie aussi bien de toute sa vie. Elle était à l'abri, au seul endroit où elle voulait se trouver au monde. Près de lui. Elle ne connaissait rien de plus agréable que ce simple contact.

Malheureusement pour elle, cela ne dura pas très longtemps et très vite, le jeune homme se recula, mettant fin à leur étreinte. Elle en fut terriblement déçue mais retint tout commentaire lorsqu'elle vit l'expression sur le visage du jeune homme, qui se mettait debout et regardait derrière elle. Il sembla d'abord surpris, ce qui étonna la jeune fille. Que pouvait-il regarder avec cet air ébahi. Puis, peu à peu, la peur se dessina sur le visage du jeune homme. Il semblait horrifié. Kate se leva à son tour et s'approcha de Rurisk, posant sa main sur la sienne.

« Rurisk ? Est-ce que tout va bien ? »

Il ne répondit pas et l'expression sur son visage ne cessait de se faire plus effrayante. Katie se retourna pour regarder dans la même direction que lui. Ce qu'elle vit lui coupa le souffle, une seconde avant qu'un cri d'horreur ne s'échappe des lèvres de la jeune femme. Un peu plus loin derrière eux, une femme blonde, particulièrement belle, se tenait difficilement debout, un énorme couteau dans la main. Elle ressemblait quelque peu au jeune homme et il semblait clairement la connaître. La femme leva la lame qu'elle tenait en main au niveau de son cou et l'appliqua contre sa gorge, faisant jaillir le sang en grande quantité dans tous les sens. Katie cessa de hurler, tandis que des larmes coulaient le long de ses joues. Elle se retourna vers Rurisk, qui s'était effondré au sol. La jeune fille ne comprenait rien à ce qui se passait. Elle se pencha sur le jeune homme, tenant toujours sa main dans la sienne et le secoua. Mais il ne répondait plus et ses yeux, mis-clos, ne laissaient plus rien apercevoir que du blanc.

La jeune fille se tourna de nouveau vers la femme, dont le sang tâchait avec abondance la blouse d'hôpital. Puis, un étrange phénomène eut lieu. Alors que Katie restait la seule à regarder la femme, celle-ci sembla disparaître, devenant trouble, comme si elle allait se transformer en fumée. La forme du corps resta incertaine un moment avant de prendre celle d'un Mangemort.

Kathleen avait entendu les pires histoires au sujet de ces hommes encapuchonnés, bien qu'elle n'ait jamais eu la chance d'en voir un en vrai. C'était en fait la première fois que l'un d'eux lui faisait face puisqu'ils avaient tous disparus avant sa naissance. La silhouette encapuchonnée s'approchait doucement d'elle, levant une baguette fortement menaçante dans sa direction. En temps normal, cela aurait sans nul doute paralysé la jeune fille, qui aurait hurler de nouveau, confrontée à sa plus grande crainte. Mais, au lieu de ça, le mystère se dissipa et toute la situation s'expliqua.

Elle n'avait rien raté des événements qui avaient lieu dans le monde magique en ce moment. Elle avait tout naturellement, et comme tout le monde à coup sûr, entendu parler de l'apparition de plusieurs centaines d'épouvantards dans les rues de Londres depuis la fin du mois de Juin. Tout était clair désormais. Ce qui se tenait devant elle n'était pas un véritable Mangemort mais bien un épouvantard qui venait de revêtir sa plus grande peur après avoir pris la forme de celle de son compagnon. Malgré la peur, malgré les craintes de se faire surprendre par des moldus en plein milieu de ce parc, Kate tenta de garder son calme et inspira un grand coup pour se faire. Sortant sa baguette de l'endroit où elle la cachait sous tous ses vêtements, Kathleen la pointa vers le Mangemort. Sa main était tremblante et elle ne pouvait s'empêcher de se dire qu'il s'agissait d'un vrai Mangemort et qu'il allait bientôt s'en prendre à elle.

Elle ferma les yeux et inspira plusieurs fois, se répétant encore et encore que ce n'était qu'un épouvantard, une créature qu'elle avait étudié en cours, lors de sa troisième année et qu'elle ne risquait rien si elle lançait le bon sort. Lorsqu'elle fut suffisamment clamée, elle lança d'une voix bien plus assurée qu'elle ne l'aurait imaginé :

« Riddikulus ! »

_________________
« That's what you get
when you let your heart win »






Dernière édition par Kathleen Austen le Ven 11 Oct - 1:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Épouvantard
Je suis Administrateur

MessageSujet: Re: Promenade Matinale [Rurisk Hobb]   Ven 11 Oct - 1:16

Le membre 'Kathleen Austen' a effectué l'action suivante : Sort

'Riddikulus' :

Résultat : 6
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nightmarerpg.forumactif.org
avatar
Kathleen Austen
Je suis un(e) Poufsouffle

Emploi/Maison : Poufsouffle, 7eme année

Rappeltout
Niveau Riddikulus: 1
Epouvantards vaincus : 1
Peur: Les Mangemorts
MessageSujet: Re: Promenade Matinale [Rurisk Hobb]   Mar 15 Oct - 18:24


Le Mangemort se retrouva affublé d'une cape rose et d'un joli masque assorti, tandis que sa baguette laissait place à un bouquet de fleur. La peur de Kathleen s'envola d'un coup devant l'apparence ridicule de la créature. Depuis le début, elle n'avait rien eu à craindre et elle s'en rendait compte maintenant. Ce n'était qu'un épouvantard et tout ce qu'elle risquait, c'était de dévoiler ses pouvoirs à des moldus passant par là ou pire, à Rurisk.

Même si le jeune homme semblait l'apprécier sincèrement, il y avait fort à parier qu'il n'aurait pas supporter d'apprendre dès leur première rencontre qui était vraiment Katie. Et de toute façon, elle n'avait pas le droit de lui en parler tant qu'il n'y avait pas un mariage à la clé, ce dont il était bien trop tôt pour penser. Elle devait donc conserver le secret le plus longtemps possible. Par chance, il semblait que Rurisk avait raté toute la scène.

L'épouvantard reprit une forme habituelle, si tant est qu'il en est une et fit volte-face, disparaissant dans le ciel. Elle avait réussi, elle venait de combattre son premier épouvantard et l'avait fait avec succès ! Dommage que cela ait probablement mis en péril la santé d'une personne qu'elle appréciait grandement. La jeune fille, retrouvant ses esprits après ce moment fort en émotion, se souvint que Rurisk était mal en point et se tourna violemment vers lui.

Le jeune moldu était allongé au sol et il ne bougeait plus, en revanche, il gémissait et murmurait des choses que Katie n'était pas en mesure de comprendre, non seulement car c'était mal articulé mais aussi car ça ne ressemblait absolument pas à de l'anglais. La jeune fille se pencha sur le moldu et posa une main sur son front. Il transpirait à grosses gouttes et était totalement trempé.

« Rurisk ?! Rurisk ?! »

Elle se laissa tomber au sol, près de lui, et se pencha un peu plus au dessus de son visage qu'elle caressa doucement. Il ne répondait pas et elle était de plus en plus inquiète. Il était évident que le jeune homme nécessitait des soins rapidement mais elle n'était pas suffisamment forte pour le transporter où que ce soit. Elle n'avait pas de portable ou d'autre moyen de communiquer, il fallait donc qu'elle se débrouille pour trouver une solution ici et maintenant.

La seule solution qui lui vint fut d'utiliser encore la Magie. De part son envie de devenir Médicomage, elle s'était souvent entraîné à réaliser des sorts de soin et elle se débrouillait plutôt bien pour les lancer. Cependant, elle n'avait aucune idée de ce dont souffrait le jeune homme précisément, ce qui était un risque d'envoyer un mauvais sort sur Rurisk, ce qui pourrait au pire ne pas changer son état. Elle tenta un sort assez basique et croisa les doigts, espérant de tout son cœur qu'il se réveillerait.

_________________
« That's what you get
when you let your heart win »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Promenade Matinale [Rurisk Hobb]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Promenade Matinale [Rurisk Hobb]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Promenade matinale [pv Lord Vlad]
» Promenade matinale (terminé)
» Promenade matinale [Ookami et Zaak]
» Agréable promenade au bord de la source. [PV : Juxty.]
» [Ruelles] Balade matinale sans Sebastian [PV: Ciel Phantomhive & Atsuka Lyako]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nightmare :: Londres :: Autres Quartiers-