Nightmare

Venez vivre votre pire cauchemar...
 

Partagez | .
 

 [INTRIGUE] Les origines du mal | Scorpius & Evy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Ezra Fitzgerald
Je suis un(e) Langue-de-plomb

Emploi/Maison : Langue-de-plomb

Rappeltout
Niveau Riddikulus: 2
Epouvantards vaincus : 0
Peur: La peur elle-même
MessageSujet: [INTRIGUE] Les origines du mal | Scorpius & Evy   Lun 22 Juil - 15:51

15 Août 2027

Depuis deux bonnes heures, Ezra était assis sur une chaise, en plein milieu de son appartement, face à la porte de son laboratoire grande ouverte. Depuis trois jours qu'il était revenu de l'hôpital, il n'avait rien touché ici, pas même ouvert les volets, seulement déplacé cette chaise pour la poster face à son plus gros problème. Ses yeux n'allaient pas jusqu'à la fenêtre bien fermée du laboratoire mais il le savait parfaitement. Fermée comme toutes les autres fenêtres de l'appartement, y compris les volets.

La vraie question était donc de savoir comment la créature, sans forme humanoïde à moins d'être face à une peur de ce type, avait pu s'enfuir. Il se la posait jour et nuit depuis trois jours et encore aucune réponse ne lui était venue, à part peut-être que la créature était morte. Mais dans ce cas, celles qui hantaient la ville auraient du subir le même sort et c'était loin d'être le cas...

Il ne répondait plus au téléphone, n'ouvrait plus sa porte et avait fouillé de font en comble tous les lieux où cette chose aurait pu se cacher sans succès. Il n'avait plus qu'un seul espoir pour expliquer la disparition de la créature et priait de toutes ses forces pour que ce soit le cas : le Ministère s'en était emparé pour le mettre à l'abris. Si ce n'était pas ça, quelqu'un dehors se retrouvait alors avec une créature plus que dangereuse et il valait mieux espérer qu'il s'agissait de quelqu'un avec de bonnes intentions. Assez bonnes en tout cas pour avoir pris soin de fermer la fenêtre avant de partir. Quelle délicate attention...

Cela ne suffisait pas à rassurer le jeune homme qui ne savait plus quoi faire. Officiellement, il n'était coupable de rien tant qu'on en savait pas plus sur l'origine du mal qui frappait Londres. Mais officieusement, il avait commis un crime contre l'humanité et en plus avait mis en péril le secret de l'existence du monde magique, ce qui lui vaudrait sans doute la prison. Pour l'instant, il était mis à pied ou plutôt, comme le lui avait notifié son supérieur "prenait du repos en attendant de régler toute cette histoire". Il n'était donc pas près de remettre les pieds au Ministère pour retrouver l'épouvantard dans une jolie cage du département des Mystères. Mais quelque part, il le sentait, le Ministère n'y était pour rien dans cette affaire de disparition, sinon ils le lui auraient dit sans détour et auraient emporté les notes diverses d'Ezra. Non, quelque chose de louche s'était passé ici et il devait découvrir quoi.

Mais avant qu'on ne lui en laisse l'occasion, la sonnette se mit à retentir dans l'entrée. Quelqu'un venait lui rendre visite. Vu l'heure, ce devait être Esther et c'est donc plutôt confiant que le jeune homme alla ouvrir la porte. Hélas pour lui, ce n'est pas sa petite soeur qu'il trouva derrière mais une brune magnifique aux lèvres pulpeuses et le rejeton des Malefoy. Deux éminents employés du Ministère qui voulaient lui parler. La réponse qu'il attendait peut-être ? De mauvaise grâce, il les laissa tout de même entrer, sans aller jusqu'à leur offrir de thé.

_________________
#99ccff


Dernière édition par Ezra Fitzgerald le Jeu 10 Oct - 22:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Scorpius H. Malefoy
Je suis membre de la police d'intervention


Rappeltout
Niveau Riddikulus: 2
Epouvantards vaincus : 0
Peur: Celle de son père
MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Les origines du mal | Scorpius & Evy   Sam 27 Juil - 12:50

Un soupir, et une buée qui se dessine un instant sur la vitre de la fenêtre du Manoir avant de s’effacer. Depuis des jours, je n’avais de cesse de repenser à cette histoire d’Epouvantards. Qui, où, quand, comment, pourquoi… c’était tout autant de questions qui s’imposaient dans mon esprit sans que je ne sache pourtant y répondre. Cette enquête s’annonçait passionnante, c’était vrai, mais une ombre venait ternir le tableau : Evy Lia Holmes. Cette femme que je connaissais depuis nos années à Poudlard, et plus particulièrement dans la maison des Serdaigles à laquelle elle avait autrefois appartenue, tout comme moi. Cette femme, je ne la connaissais que trop bien, et la détestait qu’un peu plus. Certes elle était d’une beauté sans pareille, mais nous nous chassions sans cesse, attaquant verbalement l’autre dès que la moindre occasion se présentait. A vrai dire nous étions comme vampire et loup-garou, mais au fond je devais bien avouait que je me plaisais à me complaire dans cette guerre incessante entre nous, et sentais que la réciproque était vraie. Le tout était de savoir d’où venait ce petit jeu du « tu-me-suis-je-te-fuis, tu-me-fuis-je-te-suis, mais là n’était plus la question.

Depuis que l’on nous avait affecté tous les deux à cette chasse à l’Epouvantard, je passais mes jours et mes nuits à m’interroger sur ce qui nous attendrait. Ces créatures pouvaient revêtir n’importe quelle forme, et surtout celle qui incarnait notre plus grande peur… C’était cela qui me tracassait le plus. Je n’étais encore qu’à un niveau peu élevé concernant le sortilège du Riddikulus - du moins à mon goût - et cela m’énervait au plus haut point. Eternellement perfectionniste comme l’étais mon Père avant moi, je n’avais de cesse de m’entraîner et de m’exercer pour parfaire mon sort, mais les choses étaient longues et j’avais encore besoin de temps. Un temps qui nous était malheureusement compté et dont je ne disposais pas. Ne dormant que peu alors que je tentais de parfaire mes connaissances en matière d’Epouvantards, la nuit était passée incroyablement vite à mes yeux ternis par la fatigue.

Me détachant de la fenêtre alors que je regardais le ciel s’assombrir et l’humidité augmenter au fur et à mesure que les secondes défilaient, signes annonciateurs d’une pluie qui ne tarderait plus à être torrentielle, j’enfilais ma cape noire de sorcier taillée sur mesure par les plus grands confectionneurs sorciers, je la refermai autour de ma chemise noire également pour me protéger du torrent qui ne tarderait plus à envahir la campagne anglaise.
Aujourd’hui, une nouvelle piste s’imposait à nous : celle d’Ezra Fitzgerald. Quel rapport pouvait-il bien avoir avec cette histoire, je l’ignorais, mais en tant que membre du Ministère je me devais de l’interroger avec ma chère collègue et associée par défaut. Au moins plus vite cette affaire serait bouclée, plus vite on pourra enfin se débarrasser de la présence de l’un de l’autre, ce qui ne serait pas du luxe. Mais Père avait raison, au font elle n’était pas une mauvaise coéquipière, au contraire-même, et pour le moins agréable à regarder… mais non, il y avait un je-ne-sais-quoi entre nous qui nous poussait sans cesse à vouloir nous chamailler l’un l’autre. Enfin bref. De toute façon nous devions faire le tour du Ministère avant d’élargir nos champs de possibilité. Et un quelque chose me poussait à penser à ce jeune homme plutôt deux fois qu’une. Quoi, je n’en savais rien, mais nous ne devions négliger aucune piste, même si Evy avait plutôt du mal à faire confiance à mon instinct et s’en moquait ouvertement.

C’est ainsi que, pris par le défis de celui qui trouverait avant l’autre la solution à cette énigme, je me préparait à quitter le Manoir familial de la famille Malefoy dont j’étais l’unique héritier après mon Père. Père à qui je voulais d’ailleurs prouver une nouvelle fois ma valeur. A moins que cela ne soit qu’un prétexte, car après tout qu’en avais-je à faire de lui ? Il détestait ma façon d’être et mon côté rebelle, et je ne supportais pas ce qu’il tentait à m’inculquer de force. Peut-être avais-je trop pris du caractère de ma Mère, qui sait. Une chose était certaine, je ne me laissais jamais marcher sur les pieds par quiconque, et ça ne serait pas Evy ou ce Fitzgerald qui me ferait changer d’avis.

M’éloignant du Manoir, je me téléportais jusqu’au grand Hall du Ministère de la Magie, lieu où nous nous étions donnés rendez-vous avec Evy. Enfin, avec Holmes, préférais-je l’appeler en sa présence plus par provocation qu’autre chose.

L’attendant près de la fontaine au milieu de ce raz-de-marée humain, je guettais les lieux du regard, avant de lâcher un énième soupir, un de ceux qui exaspérait toujours Père par ses répétitions à chaque fois que la patience me manquait. Commençait à pianoter de mes doigts contre le mur sur lequel j’étais adossé, je jetai un regard vers l’imposante horloge qui me prouvait encore une fois que la jeune femme était en retard. Mais lorsque je vis enfin son visage apparaître dans la foule et se distinguer par sa beauté que je refusais ouvertement d’admettre, préférant jouer la carte de l’insolence avec elle comme avec bien d’autres quoique notre relation à tous les deux était… étrangement particulière, je me redressai lorsqu’elle fut à mon niveau et lui lançai en levant les yeux au ciel d’un air exaspéré :

« C’est bien, quelle ponctualité. J’ai « failli » attendre. » Ironisais-je.

Sortant un bout de papier de ma cape dans laquelle était glissée ma baguette magique, je lus une dernière fois l’adresse de cette Langue-de-Plomb afin que nous nous y rendions.

« Bon, il ne nous reste plus qu’à y aller. Mais je te préviens, si mes soupçons sont justes, tu me devras bien des choses, Holmes, à commencer une véritable reconnaissance qui n’est pas moins que celle que je mérite. » Lui dis-je sur un ton taquin et un soupçon insolent, comme à mon habitude.

A vrai dire, je n’étais pas plus convaincu que cela sur l’identité de notre accusé, mais sait-on jamais. Après tout, les Epouvantards avaient commençaient à traumatiser Londres et ses habitants, sorciers comme moldus, lorsque celui-ci possédait un trou dans son anamnèse. Ce coma était-il un alibi ou bien une preuve de sa culpabilité ? Rien ne le garantissait pour le moment. Mais ce serait là une belle opportunité de pouvoir prouver à mon Père que j’avais bien plus de valeur qu’il ne le pensait et que je pouvais gérer parfaitement ma vie comme je l’entendais et non pas comment il me la dictait. Les moldus, je n’en avais rien à faire, les Sang-de-Bourbes ne m’écœuraient pas et je n’en avais absolument rien à carrer des Sangs-purs, chose qu’il n’arrivait pas à comprendre.

Transplanant alors tous deux jusqu’à la demeure de Fitzgerald, j’appuyais sur la sonnette qui laissa retentir dans un écho son son strident. Puis une ombre glissa sous la porte, avant qu’un déclic ne se fasse entendre. Là, la silhouette du brun se détacha dans la pénombre, alors que tout était fermé chez lui. Étrange.

« Je suppose que vous vous attendiez à notre visite. » Lui dis-je avant d’entrer chez lui à son geste, laissant mon regard parcourir les pièces presque plongées dans la pénombre.

« On vous dérange ? Vous étiez sur le point de partir, peut-être. A moins que vous ne veniez de rentrer précisément chez vous… » Lui dis-je d’un air suspicieux alors que mes yeux gris que j’avais hérité de mon Père et du sien avant lui ne le scrutent avec attention.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ezra Fitzgerald
Je suis un(e) Langue-de-plomb

Emploi/Maison : Langue-de-plomb

Rappeltout
Niveau Riddikulus: 2
Epouvantards vaincus : 0
Peur: La peur elle-même
MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Les origines du mal | Scorpius & Evy   Lun 29 Juil - 8:52

Ezra regarda le jeune Malefoy avec intensité suite à sa question. C'est vrai qu'un peu de lumière n'aurait pas fait de mal, la pénombre cachait tout le charme de l'appartement. Mais ce n'était sans doute pas une visite de courtoisie que lui offrait les deux employés du Ministère, revêtant tous les deux un badge qu'il ne connaissait pas. Alors quoi, on aurait créé une toute nouvelle branche au Ministère juste pour prendre soin de cette affaire ? Ca n'était certes pas trop d'honneur pour Ezra qui avait mis un sacré bordel dans le monde magique, cela méritait bien une équipe toute prête à s'occuper de son cas et à régler le problème des épouvantards.

"Je suis rentré depuis trois jours, répondit simplement Ezra"

Il invita les deux enquêteurs à s'installer sur les chaises de la salle à manger et partit ouvrir un volet ou deux pour laisser entrer la lumière du soleil qui se faisait un peu rare en ce mois d'Août. Les orages semblaient prêt à exploser à chaque seconde mais ils ne coulaient que rarement au final. C'était simplement l'aura des épouvantards qui faisaient cet effet sur le temps qui aurait du être un peu plus lumineux.

"Mais vous devez le savoir, non ? On ne vous envoie pas là comme ça, à l'aveugle tout de même ?"

Il trouvait peu probable que les grandes instances du Ministère, bien au courant que le jeune homme était au centre de toute cette histoire, aient laissé deux jeunes gens bien vus dans le flou, incapable de dire qui était le responsable et venant là par hasard. Il y avait bien des rumeurs, son nom qui avait du tomber sans trop de hasard dans les plus basses instances du Ministère, quelque chose en tout cas qui expliquait la présence des deux personnes assises face à lui et qui expliquait la disparition du "patient zéro" de son appartement.

Ezra observa avec toujours autant d'intensité les deux enquêteurs, cherchant dans leurs expressions un indice mais ils ne laissaient pas paraitre grand chose. Savaient-ils même pourquoi on les avait choisi eux plutôt que d'autres employés ? Lui n'en savait rien, personne au département des Mystères n'avait repris contact avec lui en dehors d'Aaron et il s'était bien gardé de lui parler de cette nouvelle branche de super-Aurors chargés d'enquêter sur lui.


"Alors, que puis-je faire pour vous ?"

Il gardait au moins un semblant de politesse, sachant qu'il n'était pas en position de jouer les gros bras ou les gosses mal élevé. On venait pour l'accuser d'un crime qu'il avait commis et il y avait de fortes chances qu'ils aient déjà toutes les preuves en main.

Après un bon moment à tourner en rond pour faire de la lumière et fermer la porte de son laboratoire, Ezra se laissa enfin tomber sur la chaise face à ses deux invités, prêt pour toutes leurs questions.

_________________
#99ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Evy L. Holmes
Je suis membre de la police d'intervention


Rappeltout
Niveau Riddikulus: 2
Epouvantards vaincus : 0
Peur:
MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Les origines du mal | Scorpius & Evy   Dim 18 Aoû - 16:39

Encore et toujours ces images de cette nuit. Cette nuit fatale où ma violence et mon égoïsme avaient tout emporter sur leur passage.
Moi et ma colère face à ce spectacle des plus macabres. Tout ce dont j’avais horreur, tout ce dont j’avais peur… Ma peur et ma haine réunis en quelques images.

Je me réveillais en sursaut, le corps trempé de sueur. Mes cheveux couleur ébène collaient à ma peau et mon visage. Mon souffle était anarchiquement court et j’étais à deux doigts de mourir d’étouffement. Me levant avec peine, je titubais jusqu’à la salle de bain telle une ivrogne venait de se prendre une grosse cuite. Arrivant face au lavabo, je posais mes mains de chacun des côtés de la vasque avant de lever mes yeux injectés de sang vers le miroir. Je ressemblais plus à une toxicomane qu’à la jeune femme que je montrais tous les jours à mes collègues.
La nuit, les âmes et les corps se révèlent, que ce soit dans le bon ou le mauvais sens, et ça, c’était valable pour absolument tout le monde. Me regardant d’un air désespéré, je n’arrivais pas à m’enlever ces images de la tête… Mes jambes tremblaient comme elles avaient vacillé devant ce spectacle il y a des années.
Je n’étais encore qu’une vulgaire petite fille qui s’accrochait à tout pour oublier son passé. Me passant de l’eau froide sur le visage, je regagnais mon lit, ouvrant la fenêtre qui le surplombait de quelques dizaines de centimètres. Repliant es volets, je pris mon paquet de cigarettes sur la table et un allumais une avant de prendre une longue inspiration et de fermer les yeux, le vent frais de cette soirée d’été balayant mon visage et mon corps dont la peau ne faisait plus qu’un avec mon débardeur et mon shorty noirs. Fumant lentement pour profiter du frais relatif de l’air mais aussi de calme environnant, je m’appuyais contre l’encadrement de la fenêtre. Je finissais ma cigarette, jetant le mégot par-dessus bord avant de refermer les volets et la fenêtre.
Le sommeil me reprit dans ces bras et m’accueillit avec cette fois plus de douceur.

Je ne savais pas depuis quand mon réveil sonnait, mais il criait cet idiot… balançant ma main, je réussis à fracasser l’appareil avant d’émerger en me frottant les yeux. M’étirant de tout mon long, je lâchais un baillement avant de regarder l’heure sur le radio-réveil qui, je devais bien l’avouer, commençait à être dans un piteux état.
10h54… Aucune réaction ne vint me perturber pendant que je me mettais sur mes deux jambes. Et là…

« 10h54 ! Mais c’est quoi ce réveil b***** de m**** ! Il sait même pas me réveiller à l’heure ! »

Ouvrant ma penderie, je pris un jean taille haute bleu marine, un bustier blanc qui s’arrêtait à la limite du début de mon jean, une paire d’escarpins turquoise. Je passais sous la douche rapidement, ne pris même pas le temps de me sécher les cheveux avant de sortir, mon sac à main blanc et turquoise en bandoulière.
Je pris un taxi, et profitais du chemin pour me maquiller. Un léger trait d’eyeliner noir qui faisait ressortir mes yeux turquoise, un peu de prune sur les lèvres et j’attachais mes cheveux en un chignon légèrement décoiffé. Certes ma tenue était très anti-conventionnelle mais c’était à prendre ou à laisser. Et de toute façon, mes patrons ne me faisaient jamais de remarque, pour mon plus grand plaisir.

Me jetant dans le bâtiment avec empressement, je fus serrée au milieu de la foule, tenant de rejoindre tant bien que mal l’endroit où j’avais rendez-vous avec Malefoy. Il allait me tuer…
Arrivant à sa hauteur, il me complimenta d’une brève remarque qui voulait déjà tout dire :

« C’est bien, quelle ponctualité. J’ai « failli » attendre. »

Lui lançant un regard noir, je lui rendis sa petite phrase :

« Bonjour, moi aussi je vais bien Malefoy. Si t’as un problème avec la ponctualité des gens, va directement les chercher dans leurs pieux ça sera plus rapide !... »

Cet homme avait le don de m’énerver et de m’amuser à la fois. Il était encore l’un des seuls à m’amuser. Non pas qu’il soit idiot, mais il était… Prévisiblement imprévisible si vous voyez ce que je veux dire. Les réactions humains et tout le touti ça me connait, mais lui il faisait partie des espèces rares que l’on peine à cerner malgré cette impression qu’on a de les connaitre par cœur.

« Bon, il ne nous reste plus qu’à y aller. Mais je te préviens, si mes soupçons sont justes, tu me devras bien des choses, Holmes, à commencer une véritable reconnaissance qui n’est pas moins que celle que je mérite. » me lança-t-il en se mettant en route

Il n’eut pour seul réponse qu’un soupir hautain et une belle moue d’indignée.
Non pas que je ne crois pas en l’instinct, bien au contraire, mais je n’aimais pas le sien. C’est comme si pour lui tout était trop flagrant, trop évident… Sauf que ça c’était mon rôle pas le sien. Alors oui, effectivement sur ce coup il fallait avouer qu’il semblait avoir raison et ce que ce dénommé Ezra semblait bien tremper dans cette affaire, mais ça serait la dernière fois !

Puis nous arrivâmes à l’adresse indiquée. Malefoy sonna et la porte s’ouvrit sur un jeune homme qui semblait un peu paumé.

« Je suppose que vous vous attendiez à notre visite. » demanda Malefoy avant d’entrer en premier. Visiblement la galanterie n’était guère son fort…

« On vous dérange ? Vous étiez sur le point de partir, peut-être. A moins que vous ne veniez de rentrer précisément chez vous… » continua Drago

"Je suis rentré depuis trois jours", assura le jeune homme.

M’asseyant tandis qu’il nous y invitait, je regardais l’appartement dans ces moindres détails. Je ne disais strictement rien, bien trop occupée à sentir et observer ce qui nous entourait. Chaque odeur, chaque objet, chaque placement avait un sens et il fallait que je le décode avant que nous ressortions de cette pièce.

"Mais vous devez le savoir, non ? On ne vous envoie pas là comme ça, à l'aveugle tout de même ?" nous interrogea le jeune homme

Plantant mes yeux dans les siens, je lui lançais un regard entendu sur le fait que nous n’étions guère ici par pur hasard.

"Alors, que puis-je faire pour vous ?"

« Beaucoup de choses je pense… »

Mes yeux turquoise se firent plus durs et je commençais donc :

« Tout d’abord il va falloir nous expliquer tout ce que vous savez et tout ce que vous avez fait ces trois derniers jours. Tous les détails nous sont utiles alors veuillez faire preuve d’une bonne mémoire si vous ne voulez pas rapidement énerver mon collègue et ces nerfs à fleur de peau… »

Une attaque pour Ezra, un pic pour Malefoy, je faisais d’une pierre deux coups, quoi demander de mieux…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ezra Fitzgerald
Je suis un(e) Langue-de-plomb

Emploi/Maison : Langue-de-plomb

Rappeltout
Niveau Riddikulus: 2
Epouvantards vaincus : 0
Peur: La peur elle-même
MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Les origines du mal | Scorpius & Evy   Lun 9 Sep - 14:45


Ezra fronça les sourcils devant le ton dur de la jeune femme. Elle semblait bien trop jolie pour être une telle furie et pourtant... Il soutint pourtant son regard, même s'il connaissait les dangers d'une telle réaction. Elle allait s'énerver encore plus si elle sentait qu'il résistait, à tous les coups. Enfin tant pis, de toute évidence elle était déjà pas mal de mauvais poil et il n'y était pour rien puisqu'il venait tout juste de la rencontrer. Il soupira et détourna finalement les yeux pour les poser sur le jeune Malefoy après que sa collègue lui ait fait remarquer qu'il avait les nerfs à fleur de peau. Oui eh bien, ça non plus, ça n'impressionnait pas le langue-de-plomb. Il n'était pourtant pas rassuré d'avoir deux boules de nerfs dans sa cuisine. Il inspira profondément avant de répondre, de son air toujours très calme et détaché :


"Je crois que vous devriez d'abord me dire ce que vous savez, vous. Après tout, vous débarquez chez moi en milieu de semaine, je suis en droit de savoir pourquoi, non ?"

Il y allait peut-être un peu fort et ça n'allait pas améliorer leurs relations mais il fallait au moins ça pour s'en sortir encore quelques minutes. Après tout, avec un peu de chance, ces deux là ne savaient rien du tout et il se faisait un sang d'encre pour rien. Et s'ils avaient su quoi que ce soit, pourquoi ne l'arrêtaient-il pas tout de suite au lieu de tourner autour du pot ? Les grandes instances du Ministère n'avaient rien fait parce qu'il était dans le coma et depuis, ils étaient probablement trop occupés à réparer la situation pour se préoccuper de mettre Ezra sous les barreaux. Ce n'était cependant pas une excuse pour qu'il fournisse des aveux complets au premier venu. S'ils voulaient savoir quelque chose, ils devraient la jouer plus finement.

Le jeune homme se redressa dans sa chaise et regarda tour à tour les deux agents. Il avait bien conscience qu'il était en train de les énerver un peu plus avec son calme apparant, c'est pourquoi il se décida à donner quelques explications, un peu brouillon, pour justifier son ignorance.


"Ecoutez, je ne sais pas pourquoi vous êtes là, ni ce que vous voulez savoir. Je travaille pour le Ministère moi aussi et je suis prêt à coopérer si tant est qu'on me dise avec qui et pourquoi. Puis-je vous offrir une tasse de thé ? Je vais en prendre une pour ma part."

Sur ces mots, il se releva. Il n'était pas à l'aise et n'avait pas l'habitude de mentir aussi effrontément pour sauver sa peau, aussi il ne tenait plus en place et venait tout juste de retrouver ses bonnes manières quand rester assis à faire face à ses deux invités était devenu trop difficile. Il s'approcha du coin cuisine, à gauche de la table où ils étaient tout trois installés, passa derrière le bar et se mit à la recherche de la bouilloire. Elle traînait dans un placard, puisqu'il ne buvait quasiment jamais de thé. Il la lava et la remplie d'eau fraîche qu'il fit réchauffer sur la gazinière, le tout à la manière des moldus, comme il en avait l'habitude depuis sa plus tendre enfance.

_________________
#99ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Scorpius H. Malefoy
Je suis membre de la police d'intervention


Rappeltout
Niveau Riddikulus: 2
Epouvantards vaincus : 0
Peur: Celle de son père
MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Les origines du mal | Scorpius & Evy   Mar 8 Oct - 9:50

Comme je m’y attendais, Evy me lança une pique bien placée par la même occasion qu’elle interrogeait notre cher suspect. Refreinant un soupir, je me contentais de lui adresser un sourire forcé des plus moqueurs, et me tournai vers Fitzgerald qui conservait tout son calme. Etrange pour une personne qui n’aurait rien à se reprocher… d’ordinaire on aurait pu s’attendre à un excès de colère de sa part, à mille et unes phrases où il nous supplierait de le croire. Mais rien. Non, absolument rien. Seulement comment coincer une personne suspecte sur le simple fait qu’elle demeure passive ? Ca n’était en rien une piste, si ça n’était qu’il jouait avec mes nerfs plus qu’autre chose. Au fond, Evy avait raison : ce trop plein de calme commençait sérieusement à agacer mon tempérament plutôt embrasé.

Comme je m’y attendais, Fitzgerald joua la carte de l’innocent qui ignorait absolument tout de notre présence et de ce pourquoi on l’inculpait, allant jusqu’à nous proposer aimablement une tasse de thé. Ben tiens, et pourquoi pas des petits biscuits temps que l’on y est… Mais je devais demeurer impassible, comme je le faisais si bien. Encore un de ces foutus traits hérités de mon Père, semble-t-il, mais qui ne me desservait pas dans ma profession, bien au contraire.

« Merci, nous ne prendrons rien. » Lui répondis-je froidement, avant de le voir s’éloigner pour se préparer une tasse de thé.

* Il m’énerve * Articulais-je silencieusement à l’égard de ma coéquipière, avant de lâcher un soupir.

Nous n’aurions rien contre lui, à moins de le conduire droit dans un piège. Mais comment ? Certes la ruse était l’une de mes plus grandes qualités, mais pour autant je n’avais pas la moindre idée sur la manière d’agir que je devais avoir à son encontre. Ce type était bien trop calme et intelligent pour pouvoir se trahir ouvertement. Car oui, à mes yeux il était le suspect numéro un. Mais sur quoi mon analyse reposait-elle ? Sur rien. Absolument rien, et c’était certainement ce qui me rendait le plus malade. Je ne savais pas quoi faire, et face à mes supérieurs mes doutes ne tiendraient jamais la route. Je n’avais rien entre les mains, rien hormis des suppositions que je devais à ma fichue intuition qui pouvait également très bien se jouer de moi. Oh non, et voilà que je doutais… Exactement ce que voulais ce sale type. J’entrais dans son jeu en commençant à m’interroger, et il était hors de question que je ne me laisse faire. Il en allait de ma crédibilité et de ma propre estime de moi-même. Il fallait que je le piège, d’une manière ou d’une autre…

« Soyez honnête un instant, vous savez parfaitement pourquoi nous sommes ici, alors inutile de nous faire perdre notre temps. Langue-De-Plomb… Voilà une profession qui demande d’être un expert du secret et du mensonge, je me trompe ? Bien sûr, toutes mes suppositions ne tiennent pas sur votre seul métier et ses exigences, mais avouez que cela ne joue pas en votre faveur. Alors si nous évitions de tourner autour du pot, ce serait préférable, n’est-ce pas ? Vous savez que nous sommes ici pour cette affaire d’Epouventards, ne le niez pas car vous vous rendez encore moins innocent à mes yeux. » Lui dis-je en croisant les jambes, m’installant un peu mieux dans ce fauteuil sans le quitter un seul instant du regard.

« Quant à votre coopération, en effet nous espérons bien l’avoir. Ces Epouventards… Ils sont une véritable plaie pour le monde entier, et pas seulement le notre mais également pour celui des Moldus. Admettons qu’il y ait deux choix possible à vos yeux : avouer, ou bien nier. Dans le premier cas nous pourrions vous faire une fleur si vous avouez votre culpabilité, et vous faire écoper d’une peine minime par rapport à ce que vous gagneriez dans la seconde supposition. Car si vous êtes coupable, soyez certain que nous serons au courant, et pour vous cela sentirait vraiment mauvais, faites-moi confiance. Alors ? Etes-vous sûr de ne pas vouloir pleinement coopérer avec nous ? » Lui demandais-je en le regardant fixement, ne perdant pas une miette des émotions qui filtraient sur son visage.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ezra Fitzgerald
Je suis un(e) Langue-de-plomb

Emploi/Maison : Langue-de-plomb

Rappeltout
Niveau Riddikulus: 2
Epouvantards vaincus : 0
Peur: La peur elle-même
MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Les origines du mal | Scorpius & Evy   Mar 15 Oct - 17:43

Le temps n'était plus à la plaisanterie, Ezra le comprit très vite au ton qu'employa le jeune Malefoy pour s'adresser à lui. Il avait réussi à les agacer et certainement que son petit laïus comme quoi il accepterait de coopérer si seulement il savait à quoi n'avait pas dû aider. Le jeune homme poussa un soupir et baissa les yeux, comme un gamin pris en faute. Il était temps qu'il arrête de faire le malin et qu'il parle sérieusement. Avec un peu de chance, il éviterait sans doute la prison en trouvant un arrangement avec les deux personnes présentent devant lui. En fait, il y avait de grandes chances qu'on le laisse tranquille, sinon il serait déjà derrière les barreaux, non ? Ezra releva les yeux et les planta tour à tour dans ceux d'Evy et de Scorpius.

« Très bien... »

Il prit le temps d'avaler une gorgée de son thé bien chaud et tourna le regard vers la porte de son laboratoire qui était désormais close.

« Comme vous devez le savoir je travaille au département des Mystères. Et c'est vrai que j'ai une tendance à la curiosité assez... poussée. Je suis entièrement responsable de ce qui est arrivé. J'ai commencé mes recherches sur les épouvantards il y a plus d'un an et au mois de juin, je suis arrivé à quelque chose. J'ai réussi à créer une sorte de super-épouvantard, résistant à la Magie. Je voulais l'utiliser pour étudier les effets du Riddikulus. Mais quand j'ai lancé un sort d'entrave sur lui, il s'est multiplier et j'ai perdu connaissance. »

C'était la première fois qu'Ezra offrait des aveux complets sur ce qui était arrivé au cours de ses expérimentations et surtout la nuit du « crime ». C'était la première fois qu'il avouait son erreur et le fait qu'il n'avait pas réussi quelque chose d'incroyablement important. Il ne s'attendait pas à ce que ses invités comprennent exactement de quoi il retournait ici. Pour eux, il ne serait qu'une sorte de savant fou et il perdrait sans doute un peu plus de leur respect. Mais étrangement, d'en parler enfin, Ezra se sentait mieux, libéré. Il savait depuis le début de toute cette histoire qu'il ne pourrait en parler à personne, que personne ne serait en mesure de comprendre ce qui l'attirait dans cette histoire de peur. C'était un projet personnel, une manière de combattre sa propre peur. Et bien sûr, il avait fallu qu'il échoue, mettant l'intégralité de ses compatriotes en danger. Cela paraîtrait sans doute bien égoïste à quiconque en entendrait parler et il pouvait déjà imaginer le jugement se former sur le visage de ses invités.

« Ecoutez, je sais que j'ai mal gérer mon coup, mais ce n'était pas prévu, d'accord ? Tout ça est un accident et je pense que vu l'étendu de mes recherches, je suis l'une des rares personnes au Royaume-Uni à pouvoir y faire quelque chose. Permettez-moi de vous aider et de poursuivre mes recherches pour régler ce problème, s'il vous plaît. »

Ezra y pensait depuis quelques temps déjà. Il avait eu tout le temps pour y réfléchir pendant sa convalescence à Sainte-Mangouste. Avec tout ce qu'il avait déjà trouvé sur les épouvantards, il avait une petite chance de trouver une solution. Minime, certes, mais c'était sans doute déjà mieux que tout ce que le Ministère devait être en position de faire en ce moment. Ne restait qu'un petit problème, dont il devait sans doute tenir les deux autres au courant. Il inspira profondément et se décida.

« Par contre... Je crois que l'épouvantard que j'ai utilisé en premier lieu, celui qui résiste à la magie, s'est échappé lui aussi. J'essaye de retrouver sa trace depuis mon retour mais ce n'est pas simple avec tous les épouvantards qui traînent dans le coin. »

_________________
#99ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Les origines du mal | Scorpius & Evy   

Revenir en haut Aller en bas
 

[INTRIGUE] Les origines du mal | Scorpius & Evy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nightmare :: Londres :: Covent Garden-